Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 17:01

 

 « Dieu a 99 noms,quiconque les apprends entrera au Paradis ; Il est sans alter-ego et récompense  le fait de citer ces noms un à un. » (Imam Al Boukhāri dans son compilé de hadiths d'après Abū Hurayra). 

Il est admis qu'Allah possède plus de quatre-vingt-dix-neuf attributs ou noms et certains ne sont connus que par lui meme. Un hadith parle ainsi de noms dont Allah s'est réservé la connaissance..

Voici les significations admises d'après la majorité des savants :


 

 


Arabe Transcription Traduction française
1 الله

Allah

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui Qui a la divinité, c’est-à-dire Celui Qui mérite l’adoration, a qui on doit l’extrême soumission .

 


 

 


2 الرحمن Ar-Rahmān

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Le Clément envers ses créatures. La clémence d'une mère envers son enfant est une partie infime de son immense Clémence envers ses créatures. Son châtiment est le plus dur et sévère de tous les châtiments mais sa Clémence est incommensurable et a précédé sa colère ; ce nom fait partie des noms que l’on n’attribue à nul autre que Allah.

 


 

 


3 الرحيم Ar-Rahīm

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Miséricordieux pour ce Qu'il a créé. IL fait pleuvoir le ciel au dessus des peuples même les plus pécheurs par miséricorde envers les bébés, les vieux et les animaux, alors Qu'il (a pu) peut (et pourra) les châtier par soif.  

 

 


4 الملك Al-Malik

 

 

 

 

 

 

 

Le souverain , le roi , Celui à qui ce monde appartient en réalité et en totalité , Ce Dont la domination est absolue et exempte de toute imperfection .

 

 


5 القدوس Al-QuddūS

 

 

 

 

Celui Qui est parfait, infiniment saint et adoré.

 

 


6 السلام As-Salām

 

 

 

 

   

Celui Qui procure la paix, le calme et la sérénité. En citant ce nom, on déclare la paix pour soi même et pour ceux qui nous entoure.

 

 


7 المؤمن Al-Mu'min

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

{Ce nom est difficile à en comprendre le sens car " Al-Mu'min " vient du nom "Al-imane" qui veut dire croire, d'où vient le nom " Al-Mu'minoune " qui veut dire les croyants, c'est l'appellation du " Coran " pour les gens qui croient en : l'unicité de Dieu, l'existence des anges, les livres saints (Torah, Évangile et Psaumes(Zabour) non modifiés et le Coran),les prophètes, le jour dernier (le jour du jugement) et le destin son mal et son bien. Donc dire que Dieu croit en ce qu'il a créé, c'est  contradictoire et c'est pour cela que la seconde signification qui est admise est que ce nom dérive du mot "al amn" c'est à dire "la sérénité" celui qui donne la sérénité des coeurs et celui qui sécurise "le sécurisant".

 

 


 

8 المهيمن Al-Mouhaymin

 

 

 

 

 

   

Celui qui domine sa création et par son omnigérance sous tous les aspects, aucun état ni aucun scénario dans ce monde ni dans l'autre n'échappe à sa volonté

 

 


9 العزيز Al-‘Aziz

 

 

 

 

 

 

Le tout puissant par sa suprématie et par sa grandeur, "El-Aziz" veut dire dans un sens celui qui est cher et précieux aux yeux de ses créatures. IL n'est le serviteur d'aucune créature et aucune créature ne lui dicte ce Qu'il doit faire.

 


10 الجبار Al-Jabbār

 

 

   

Le contraignant, l'ultime puissant par sa grandeur et sa force illimitée. Lorsqu'il détruit les oppressants(injustes et pécheurs) il le fait sévèrement .

11 المتكبر Al-Mutakabbir

 

 

 

 

 

Celui qui est supérieur à ses créatures, nulle créature n'a le droit de prétendre à la grandiosité. Par contre, Dieu peut réclamer sa grandiosité sans que nul ne puisse s'opposer.

 


12 الخالق Al-Khāliq

 

 

 

   

Le Créateur de toutes existences, vivantes ou bien mortes, mobiles ou figées.

 


13 البارئ Al-Bāri’

 

 

 

Celui Qui lève sa création au dessus de tous défauts ou imperfections.

 


14 المصور Al-Musawwir

 

 

 

 

 

   

Dans l'arabe ancien, ce mot veut dire le Sculpteur mais dans l'arabe moderne cela veut dire le dessinateur. Celui qui donne l'aspect et l'apparence à chaque création de l'intérieur ainsi que de l'extérieur. Car Allah seul peut sculpter de l'intérieur une matière close de l'extérieur.

 


15 الغفار Al-Ghaffār

 

   

Celui Qui pardonne ce qu'il veut à qui il veut.

 


16 القهار Al-Qahhār

 

 

Celui Qui est tout puissant à soumettre toute création à sa volonté.

 


17 الوهاب Al-Wahhāb

 

 

Celui Qui donne immensément sans rien recevoir en retour

 


18 الرزاق Ar-Razzāq

 

 

Celui Qui fait distribuer à toute créature de ce qu'elle a besoin.

 


19 الفتاح Al-Fattāh

 

 

Celui Qui donne la victoire , le conquerent

 


20 العليم Al-‘Alīm

 

 

 

Celui dont rien ne peut se cacher, car il connait tout et est conscient de tout.

 


21 القابض Al-Qabid

 

 

 

Celui Qui restreint son bien conformément à une sagesse.

 


22 الباسط Al-Bāsit

 

 

 

Celui Qui libère, augmente et multiplie son bien conformément à une sagesse.

 


23 الخافض Al-Khāfid

 

 

 

 

Celui Qui destine les oppresseurs et les orgueilleux au rabaissement et au châtiment.

 


24 الرافع Ar-Rāfi‘

 

 

 

 

L'Éleveur dans le sens d'élever, celui qui éleve l'honneur, le statut et le prestige d'un être dans ce bas monde et dans l'au-delà.

 


25 المعز

Al -Mu'izz

 

 

 

Celui qui offre l'honneur et la considération.

 


26 المذل Al-Moudhill

 

 

Celui Qui peut humillier et avilir n'importe quel créature.

 


27 السميع As-Samī‘

 

 

 

 

 

Celui qui entend tout dans son royaume émanant de n'importe quelle créature et aussi celui qui écoute les invocations de ses créatures pour répondre à leurs invocations.

 


28 البصير Al-Basīr

 

 

 

 

Celui à Quoi rien de ce qui existe ou entre en existence ne peut échapper, sans le moindre usage d’œil, d’instrument ou d’organe.

 

 

 

29 الحكم Al-Hakam

 

 

 

 

 

 

Celui Qui juge et départage les créatures ici-bas et dans l’au-delà et Qui assure l’équité entre les créatures et nul autre ne va et ne pourra les départager et les juger ; et le Jugement dans l’au-delà sera parfaitement juste et approprié.

 


30 العدل Al-‘Adl

 

 

L'equitable Qui est exempt de toute forme d’injustice ou d’oppression.

 


31 اللطيف Al-Latīf

 

 

Celui Qui accorde à ses créatures sa douceur et bienveillance.

 


32 الخبير Al-Khabīr

 

 

 

 

 

Celui à Qui ne peut être caché la réalité de chaque chose qui existe, c'est-à-dire la vérité des choses ; aucun détail ne Lui échappe ni la chose dans son ensemble, ni chacune de ses parties .

 


33 الحليم Al-Halīm

 

 

 

Celui Qui sa patiente envers les mécréances des pécheurs à dépasser toute imagination et il est possible que le pardon leur soit accordé.

 


34 العظيم Al-Adhīm

 

 

 

 

 

 

Ce nom est difficile à traduire car il inclus plusieurs mots français ne partageant pas le même sens spirituel, mais on peut l'approcher comme suit: Celui Qui est  Majestueux et imminent loin de toutes imperfection corporelle ou matérielle.

 


35 الغفور Al-Ḡafhūr

 

 

 

Celui Qui pardonne immensément maintes et maintes fois.

 


36 الشكور Ash-Shakūr

 

 

 

 

Celui Qui montre sa gratitude envers les adorations et qui est très reconnaissant

 


37 العلي Al-'Ali

 

 

Le sublime Qui est au dessus de tous ce qu'il a créé .

 


38 الكبير Al-Kabīr

 

 

 

 

Le Grand : celui qui est plus grand que sa création, une grandeur que seulement lui sait.

 


39 الحفيظ Al-Hafīdh

 

 

Celui Qui protège et préserve .

 


40 المقيت Al-Muqīt

 

 

 

 

 

{ce mot appartient à la langue arabe ancienne et est très difficile à traduire même en arabe moderne}. communément il signifie:  Qui ne laisse aucun détail lorsqu'il juge, même les plus futiles.

 


41 الحسيب Al-Hasīb

 

 

 

 

Celui Qui va compter tous les faits de ses créatures sans oublie ni erreur.

 


42 الجليل Al-Jalīl

 

 

 

Celui Qui est parfaitement exempt d'être comparé à ses créatures ou d'être comme lui.

 


43 الكريم Al-Karīm

 

 

Celui dont sa générosité a inondé sa création.

 


44 الرقيب Ar-Raqīb

 

 

 

 

Celui Qui observe et regarde tout ce Qu'il a crée (et les actions des créatures sont aussi des créations).

 


45 المجيب Al-Mujīb

 

 

 

Celui Qui exauce les invocations de ses créatures s'il veut et à qui il veut.

 


46 الواسع Al-Wāsi‘

 

 

 

 

 

{Ce nom en arabe veut dire: immensément large, mais pour qualifier Dieu on comprend inclusivement Qu'il a rempli tout vide et a contenu toutes choses de façon que lui seul la connait}

 


47 الحكيم Al-Hakīm

 

 

 

 

Celui Que sa sagesse (a éblouie) éblouie (et éblouira)n'import quel esprit conscient et intelligent.

 


48 الودود Al-Wadūd

 

 

 

 

 

 

 

 

{Ce mot en arabe veut dire: celui qui se rapproche vers son aimé par la clémence,pitié et le bienfait, mais lorsqu'on lie ce nom dans le " Coran ", on sent chaque fois différent sens difficilement traduisible en mots}. Modérément signifie : Celui Qui se rapproche de ses serviteurs par pitié malgré qu'ils s'éloignent de lui et ne le glorifient pas.

 


49 المجيد Al-Majīd

 

 

 

Celui Qui est glorifié dans l'infinitivement passé, le présent et dans l'éternel.

 


50 الباعث Al-Bā‘ith

 

 

 

 

Celui Qui ressuscite les morts et déploie la vie dans ce Qu'il veut, soient-ils des Hommes des Animaux ou bien une terre tout simplement.

 

 


51 الشهيد Ash-Šahīd

 

 

 

 

 

Le Témoin : Allah est l'ultime et parfait témoin de tout ce qui s'est passé dans son royaume, avec des preuves claires et flagrantes, parfaitement irréprochable.

 


52 الحق Al-Haqq

 

 

 

La Vérité : Allah est la vérité absolue.

 


53 الوكيل Al-Wakīl

 

 

 

Celui qui garantit la subsistance des créatures et Ce Dont rien de chacun de leurs états ne peut être dissimulé

 


54 القوي Al-Qawi

 

 

 

 

Le fort : Allah est le plus puissant, le plus fort, sa force n'a pas de limite et ne se décrit pas avec des définitions de la force physique.

 


55 المتين Al-Matīn

 

 

 

 

 

L'Endurant : Une endurance digne de lui, illimitée, infatiguable, et qui n'est tachée par aucune faiblesse, sans pause, sans interruption et dont aucun facteur ne peut atténuer.

 


56 الولي Al-Wa'li

 

 

Celui à qui l'on se confie et dont le soutiens ne fléchit jamais .

 


57 الحميد Al-Hamīd

 

 

 

 

Celui Qui mérite plus que tout autre le remerciement, la glorification et le chant d’éloge

 


58 المحصي Al-Muhsi

 

 

 

 

Le Compteur : Celui qui dénombre chaque créature, chaque acte, chaque grain de poussière dans son royaume et dont rien n'échappe à son savoir

 


59 المبدئ Al-Mubdi‘

 

 

 

 

Celui Qui donne un début à ce qui n’existe pas sans début, sans modèle, c'est-à-dire Ce Qui crée les créatures

 


60 المعيد Al-Mu‘īd

 

 

 

 

Celui Qui ramène les vivants vers la mort après la vie et Ce Qui ramène les morts à la vie après leur mort

 


61 المحيي Al-Muhyī

 

 

 

 

 

 

Celui Qui fait vivre un mélange de maniyy, c'est-à-dire de liquide séminal, dépourvu d’âme et en fait un être vivant et Ce Qui redonne vie aux corps des humains, des djinns et des anges en les réunissant avec leurs âmes au cours de la résurrection

 


62 المميت Al-Mumīt

 

 

 

 

Celui Qui fait mourir les êtres vivants et Ce Qui annule par la mort le pouvoir des puissants de ce monde

 


63 الحي Al-Hayy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Vivant : Est Ce Qui n’entre pas en existence et pourtant existe, et Ce Qui est attribué d’une hayah et cet attribut n’est pas une vie comme l’est la hayah des créatures constituée d’une combinaison d’âme, de chair et de sang l’Imam At-Tahawiyy a dit dans son traité de croyance que « celui qui attribut à Allah un attribut dans un sens qui compte parmi ceux que l’ont peut attribuer aux êtres humains est mécréant »

 


64 القيوم Al-Qayyūm

 

 

 

 

 

Celui qui existe, est éternel et ne change pas et Ce Qui n’est pas atteint par l’inexistence ou l’anéantissement et n’est nullement affecté par le fait de contrôler et de créer les actes des êtres humains

 


65 الواجد Al-Wājid

 

 

 

 

Celui Qui n’a besoin de rien et n’est pas atteint ni concerné par le besoin, le manque ou la nécessité

 


66 الماجد Al-Mājid

 

Celui Qui est meilleur que tout autre et Ce Qui accorde d’innombrables bienfaits très largement et sans contreparties

67 الواحد Al-Wāhid

 

 

 

l'Unique : Est Ce Qui n’a pas d’alter ego du point de vue de l’éternité et de la divinité

 


68 الصمد As-Samad

 

 

 

 

 

 

Celui à Qui l’on peut s’en remettre pour toute affaire et à Qui l’on peut faire appel pour tous nos besoins ; Ce Qui n’a ni enfants ni parents, ni semblable ni équivalent, d’après l’explication de Al-Hakim ; Ce Qui n’a besoin de rien et Ce Dont toute chose a besoin, pour exister..

 


69 القادر Al-Qādir

 

 

 

 

Celui qui n’est pas atteint par la faiblesse, dont la puissance est absolue et domine la totalité des créatures et qu'absolument rien ne peut affaiblir



70 المقتدر Al-Muqtadir

 

 

 

 

Celui Qui est puissant sur toute chose et Ce Dont les capacités sont absolument sans limites

 


71 المقدم Al-Muqaddim

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui Qui est exempt des caractéristiques des créatures et meilleur que toute créature ; Ce Qui destine la vitesse des événements, accélère certaines choses aux yeux des gens selon une destinée et accorde à chaque chose une valeur, un rang, une époque et des caractéristiques qui lui conviennent selon une sagesse

 


72 المؤخر Al-Mu’akhir

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui Qui est exempt des caractéristiques des créatures et meilleur que toute créature ; Ce Qui destine la lenteur des événements et ralenti certaines choses aux yeux des gens selon une destinée et accorde à chaque chose une valeur, un rang, une époque et des caractéristiques qui lui conviennent selon une sagesse 

 


73 الأول Al-Awwal

 

 

 

 

 

 

Le Premier : Est Ce Qui existe sans les créatures, sans début et sans le temps ; Ce Qui est exempt du fait d’être créer, de l’apparition d’un nouvel attribut et du changement, Ce Qui existe sans entrer en existence

 


74 الآخر Al-Ākhir

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dernier : Est ce qui existe sans interruption alors que les créatures sont anéanties à chaque instant ; Ce Qui est éternel, Ce Qui anéantit et est exempt du fait d’être anéanti et de la disparition d’un ou plusieurs attributs ; Ce Qui existe sans être concerné par la notion de fin et d’anéantissement

 


75 الظاهر Adh-Dhāhir

 

 

 

 

 

 

L'apparent , Celui Dont l’existence se manifeste en toute chose par des preuves, du point de vue de la puissance et de la domination et non pas ce qui serait présent en toute corps du point de vue de l’endroit, de l’image et du comment

 


76 الباطن Al-Bātin

 

 

 

 

 

 

Le caché ,Celui Qui est préservé des idées délirantes des créatures tentant d’attribuer à Ce Qui crée les créatures des caractéristiques humaines ou des caractéristiques propres aux créatures et Ce Qui crée les caractéristiques des créatures et leurs images

 


77 الواليي Al-Wāly

 

 

 

 

Celui Qui possède, gère et contrôle toute chose et Ce Qui crée toute chose selon une sagesse

 


78 المتعالي Al-Muta'āli

 

 

 

 

Celui Qui est exempt des attributs des créatures et Ce Dont le pouvoir sur les créatures est sans borne

 


79 البر Al-Barr

Celui Qui a la capacité de destiner la foi et les bienfaits à toutes les créatures, et parmi elles certaines sont reconnaissantes et certaines ne le sont pas : on appelle les premiers des musulmans ou des croyants et les autres les non-musulmans ou les non-croyants

 


80 التواب At-Tawwab

 

 

 

 

Celui Qui accorde le pardon à ceux qui accomplissent le repentir à chaque fois qu’ils l’accomplissent

 


81 المنتقم Al-Muntaqim

 

 

 

 

 

 

Celui Qui destine aux injustes dans le domaine de la foi une succession de châtiments qui ne s’arrêtent pas et qui parfois commencent par un anéantissement dans ce bas monde ; et est ce qui est al-Hakam et al-‘Adl

 


82 العفو Al-Afuww

 

 

 

 

 

Celui Qui écarte du péché et le pardonne et Ce Qui préserve dans chaque situation en apparence sans issue une porte vers l’honneur, le maintien et les bienfaits ou vers le repentir immédiat

 


83 الرؤوف Al-Ra’ūf

 

 

 

Celui Qui peut destiner une immensité de bienfaits sans contrepartie et sans nécessité

 


84 مالك الملك Mālik-ul-Mulk

 

 

 

 

 

Celui Qui crée et attribue selon une destiné toute la souveraineté, la domination, la propriété et le large pouvoir qui sont accordés à certaines créatures dans ce bas monde

 


85 ذو الجلال و الإكرام Dhul-Jalāli-wal-Ikrām

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est-à-dire qu'Allah est Ce Qui est meilleur que tout autre en réalité et toutes les preuves confirment cela et infirment le contraire donc il n’est pas valable de contester ce point, de le renier ou d’être hostile à l’encontre de ce sujet ;Celui Qui comble de bienfaits ceux qui auront compris cela qui connaîtront la sainteté générale, auront la réussite et le sentiment de bonne guidée au Jour du Jugement

 


86 المقسط Al-Muqsit

 

 

 

 

 

Celui Qui juge conformément à la plus grande justice, Ce Qui est exempt de toute forme d’injustice et de tyrannie et Ce Qui n’a absolument aucun compte à rendre

 


87 الجامع Al-Jāmi‘

 

 

 

 

Celui Qui rassemble les créatures en un jour au sujet duquel il n’y a pas de doute, le Jour du Jugement

 


88 الغني Al-Ḡhani

 

 

 

 

 

Celui Qui n’a aucun besoin des créatures et les créatures ne peuvent se passer de lui [Qui est Ce Qui les fait exister et les maintient en existence et les fait changer en permanence]

 


89 المغنى Al-Mughni

 

 

 

 

Celui Qui satisfait les besoins des créatures et Ce Qui leur fait parvenir leur subsistance

 


90 المانع Al-Māni‘

 

 

 

 

Celui Qui destine chaque créatures leurs victoires, leurs protections et Ce Dont ils devront être préservés toujours selon une destinée

 


91 الضار Ad-Dār

 

 

 

 

Celui Qui est tout puissant à faire parvenir immanquablement la nuisance qui doit atteindre une créature selon une destinée

 


92 النافع An-Nāfi‘

 

 

 

Celui Qui est tout puissant à faire parvenir immanquablement le profit que doit recevoir une créature selon une destinée

 


93 النور An-Nūr

 

 

 

 

 

 

 

La Lumière :Celui Dont la guidée fait parvenir à leur but ceux qui sont en proie à la tentation et les met dans la bonne direction selon une destinée Allah est Ce Qui guide les croyants vers la lumière de la foi, crée la lumière et n’est pas une lumière qui n’est qu’une créature .Ce nom est affilié à une sourate du coran (sourate an nur)

 


94 الهادي Al-Hādi

 

 

 

Celui Qui destine à certaines créatures de bénéficier de la guidée et de la droiture

 


95 البديع Al-Badī‘

 

 

 

 

 

Celui Qui fait exister les créatures et ce monde non pas à partir d’une matière préexistante ou à l’image d’un modèle antérieur mais au contraire sans précurseur, sans modèle et sans précédent

 


96 الباقي Al-Baqi

 

 

 

 

 

Celui Dont l’existence exempte d’anéantissement et de changement s’impose à la raison saine qui ne peut prétendre le contraire

 

 


97 الوارث Al-Wārith

 

 

L'heritier a qui tout appartient

 


98 الرشيد Ar-Rashīd

 

 

Celui Qui guide les créatures vers ce qui est dans leur intérêt

 


99

الصبور As-Sabur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Celui Qui délaye la punition des pécheurs par l’ajustement des comptes de chacun et retarde cela jusqu’à un jour bien déterminé et leur accorde leur aise et du temps jusqu’à un moment dont ils ignorent tous la date.

 

 



 

 

DIEU EST LE PLUS SAVANT

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 05:05

 

 

 

asteroide_impact

Les catastrophes planétaires se succèdereront jusqu'à la fin des temps et le tsunami japonais du  11 mars dernier démontre une fois de plus qu 'il nous est impossible d'y faire obstacle ..mais a t -on assez parler de la menace des asteroides ?

Par exemple on en dénombre aujourd'hui plus de 545 281 ....soit un demi-million ...

 

Que se passerait-il si un astéroïde de taille moyenne heurtait la Terre et plongeait dans l'océan ?

Plus d'une centaine d'astéroïdes d'un à deux kilomètres de diamètre ont des orbites qui pourraient potentiellement croiser celle de la Terre. (On les apelle les géocroiseurs)Et un nombre bien plus important de géocroiseurs de tailles plus modestes se cachent dans l'environnement proche de notre planète, la menaçant directement. Bien que les risques d'une collision avec un tel objet restent peu probables dans un futur proche, les conséquences atmosphériques d'un tel choc n'ont jamais encore été étudiées en détail jusqu'à maintenant.

Quatre chercheurs du NCAR (National Center for Atmospheric Research), qui travaillent avec leurs collègues du Planetary Science Institute à Tucson (Etats-Unis) et de L'Institut Max Planck (Allemagne) ont réalisé des simulations informatiques pour modéliser les effets sur l'atmosphère terrestre d'une collision avec un astéroïde, de la surface de la Terre à la thermosphère située entre 80 et 500 km d'altitude.

L'impact détruirait une partie de la couche d'ozone

Leurs résultats montrent qu'un astéroïde d'un kilomètre de diamètre qui plongerait dans l'océan éjecterait d'importantes quantités de vapeur d'eau et de sel marin dans l'atmosphère, jusqu'à des altitudes supérieures à 100 km.
Dans la stratosphère elle-même, des composés chimiques provenant des océans comme le chlore et le brome attaqueraient significativement la couche d'ozone déjà meurtrie par les activités humaines. Ceci augmenterait, dans des proportions jamais égalées, la quantité de rayons ultraviolets atteignant la surface de la Terre. Au delà des premières conséquences cataclysmiques engendrées par le choc : tsunamis et séismes, les effets sur le vivant seraient désastreuses à moyen terme : brûlures superficielles, cancers, cataractes, maladies du système immunitaire, réduction de la photosynthèse, appauvrissement des cultures, disparition du plancton (premier maillon des chaînes alimentaires aquatiques).
Un astéroïde plus petit, d'environ 500 m de diamètre, pourrait diminuer la quantité d'ozone dans la haute atmosphère à un niveau équivalent au trou record au dessus de l'Antarctique dans le milieu des années 1990 : un niveau engendré par les activités humaines.

Probabilités d'un prochain impact avec la Terre

Chaque jour, environ 100 tonnes de matériaux extra-terrestres (fragments de comètes, petits météorites...) pénètrent l'atmosphère terrestre.

Les recherches antérieures suggèrent que, statistiquement, la Terre est heurtée par un astéroïde de 500 m de large au moins une fois tous les 200 000 ans, tandis qu'un géocroiseur plus imposant s'écrase sur Terre tous les 800 000 ans.

Selon les dernières observations de la NASA, plusieurs astéroïdes sont susceptibles de heurter la Terre dans les prochaines décennies. Découvert au début de l'année 2011, l'objet 2011 AG 5 , de 140 m de diamètre, a une "chance" sur 4000 de percuter la Terre le 5 février 2052. Mais c'est le géocroiseur Apophis qui est le plus médiatisé : ce bolide de 270 m de diamètre croisera l'orbite de la Terre le 13 avril 2036 et s'en approchera à seulement 37 000 kilomètres le 13 avril 2029...

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 01:25

Voici un compilé de dou'aa et conseils tirées de grands savants tels que Ibn taymya ,Ibn Baz , Ibn qayim , Al quahtani , Muslim ou encor Abu Daoud pour ne citer qu'eux :

 

                               Pour la maladie

 

 

   Posez sa main sur l'endroit ou la partie douloureuse et dire (on peut le faire sur un malade aussi) :


"Au Nom d'Allah" (trois fois)
 
                                           بسم الله

[BismiLlah]


   Puis tout en gardant sa main posé sur l'endroit douloureux dire :

« Je demande la protection d'Allah par sa puissance ! Contre le mal que je rencontre et que j'appréhende » ( 7fois)
 
                             أعوذُ بالله وقدرته من شرِّ ما أجد وأُحاذر

[A'oudhou bi-Allah wa qoudratihi min shari ma ajidou wa ouhadir]
   
  Dire :

« Ô Allah, Seigneur des hommes, fais partir le mal et guéris; Tu es le Guérisseur, il n'y a de guérison que la Tienne, une guérison qui ne laisse aucun mal »



اللهم ربَّ الناس أذهب البأس واشف أنت الشافي لا شفاء إِلا شفاؤك شفاءً ولا يُغادر سقماً

[Allahumma rabbi an-nasi idhib al-ba'ss oua ishfi anta as-shafi la shifâ'a illa shifâ ouk shifâ'an la yougadirou saqa-man]
 
 
 
Dire :

«Je m'appuie sur les paroles parfaites de Dieu contre tout Satan, tout méfait et tout mauvais-œil »

 
أعوذ بكلمات الله التامات من كلِّ شيطانٍ وهامَّهٍ ومن كلِّ عينٍ لامَّة


[A'oudhou bikalimat Allahi at-tamati min koulli shaytanin oua hammatin oua min koulli 'aynin lammatin]



  Dire :

«Je prends refuge dans les paroles accomplies de Dieu contre tout mal qu'Il a créé »

أعوذ بكلمات الله التامات من شرِّ ما خلق


[A'oudhou bikalimat Allahi at-tammati min sharri ma khalaqa]


   Dire :

« Je prends refuge dans les paroles sublimes de Dieu contre Sa colère, Son châtiment, le mal de ses sujets, les suggestions des diables et contre leur présence »


أعوذ بكلمات الله التامات من غضبه وعقابه وشرِّ عباده ومن همزات الشياطين وأن يحضرون


[A'oudhou bikalimat Allahi at-tamati min ghadhabihi oua 'iqabihi oua sharri 'ibadihi oua min hamazati ash-shayatini oua an yahdhouroun]

أعوذ بكلمات الله التامات من غضبه وعقابه وشرِّ عباده ومن همزات الشياطين وأن يحضرون". [أبو داود والترمذي، وانظر صحي


   Dire :

« Je prends refuge dans les paroles parfaites de Dieu, celles que ne peut transgresser un pieux ni un dépravé, contre tout mal qu'II a créé, façonné et multiplié, contre les méfaits de ce qui descend du ciel et de ce qui y remonte, contre les méfaits de ce qui accroît sur terre et de ce qui en ressort, contre les méfaits des tentations du jour comme de la nuit et contre les méfaits de tou1 visiteur, sauf s'il est porteur de bien; Ô le Miséricordieux »

أعوذ بكلمات الله التامات التي لا يُجاوزُهنُّ برٌّ ولا فاجرٌ من شرِّ ما خلق، وبرأ وذرأ، ومن شرِّ ما ينزل من السماء، ومن شرِّ ما يعرج فيها، ومن شرِّ ما ذرأ في الأرض، ومن شرِّ ما يخرجُ منها، ومن شرِّ فتن الليل والنهار، ومن شرِّ كلِّ طارقٍ إِلا طارقاً يطرق بخيرٍ يا رحمن


[A
'oudhou bikalimat Allahi at-tamati al-lati la youjawizou- hounna barroun wa la fâjiroun min sharri ma khalaqa, oua ba-ra'a oua dhara' a, oua min shari ma yanzilou mina as-sama-i, oua min shari ma ya'roujou fiha, oua min shari ma dhara' a fi al-ardi, oua min shari ma yakhroujou minha, oua min shari fitani al-layli oua an-nahari, oua min shari koulli tariqin ila tariqan yatrouqou bi-khayrin ya Rahman] 

 


   Dire :

« Ô mon Dieu, Seigneur des sept cieux et du Trône Sublime, notre Seigneur et Seigneur de toute chose, celui qui fend la graine et fait germer la semence, le Révélateur de la Torah, de l'Evangile et du Qur'an. Je prends refuge auprès de Toi contre les méfaits de toute chose dont Tu maîtrise la destinée. Tu es le Premier, rien ne Te précède et Tu es le Dernier, rien ne Te suc- cède, Tu es l'Apparent et rien n'est au-dessus de Toi. Tu es l'occulte (Al-Ba-tinn . ) et rien n'est plus occulte que Toi »
 


اللهم ربَّ السماوات السَّبعِ وربَّ العرش العظيم، ربَّنا وربَّ كلِّ شيءٍ، فالق الحبِّ والنَّوى، ومُنزل التوراة والقرآن، أعوذ بك من شرِّ كل شيءٍ أنت آخذٌ بناصيته، أنت الأوَّل فليس قبلك شيءٌ، وأنت الآخر فليس بعدك شيءٌ، وأنت الظاهر فليس فوقك شيءٌ، وأنت الباطن فليس دونك شيءٌ ... 


[Allah oumma rabba as-samaouati as-sab'i oua rabbi al-'arsh al-'adhim, rabbana oua rabba koulli shay'in, fâliq al-habbi oua an-nawa, oua mounazila at-Tawrati oua al-Injil wa al-Qur'an, a'oudhouu bika min shari koulli shay'in anta akhidhoun bi-nassiyatihi, oua anta al-awwalou fa-laysa qablaka shay oun, oua anta adhahirou fa-laysa fawqaka shay oun, oua anta al-ba-tinnou fa-laysa dounaka shay oun] 

 



 Dire :

« Au nom d'Allah, je te prémunis contre tout ce qui te ferait du mal et contre les méfaits de tout esprit ou un œil envieux, Dieu te guérit, au nom de Dieu, je te prémunis »


بسم الله أرقيك من كل شيءٍ يُؤذيك ومن شرِّ كلِّ نفسٍ أو عين حاسدة الله يشفيك بسم الله أرقيك


[Bismi Allah arqïka min koulli shay in you' dhika oua min shari koulli nafsin aw 'ayni hasidin Allah ou yashfika bismi Allah arqika]



   Dire :

« Au nom de Dieu, puisse-t-il te laver de toute maladie, te guérir de tout envieux lorsqu'il t'envie et des méfaits de celui qui regarde jalousement »
 


بسم الله يُبريك ومن كُلِّ داءٍ يشفيك ومن شرِّ حاسدٍ إذا حسد ومن شرِّ كلِّ ذي عينٍ


[Bismi Allah youbrika oua min koulli da'in yashfika oua min shari hassidin idha hassad oua min shari koulli dhi 'aynin]


 


  Dire :

« Au nom de Dieu je te prémunis contre tout ce qui te nuit, comme l'envie d'un envieux et le regard d'un jaloux, que Dieu te guérisse »


بسم الله أرقيك من كلِّ شيءٍ يؤذيك من حسد حاسدٍ ومن كلِّ ذي عينٍ الله يشفيك


[Bismi Allah arqika min koulli shay in you'dhika min hassadi hassidin oua min koulli dhi 'aynin - Allah yashfika] 


                                       Le mauvais oeil et s'en prémunir


Ces protections, invocations et prémunitions guérissent de l'envoûtement, du mauvais-œil, des esprits et de tous les maux. Elles sont un exorcisme général bénéfique avec l'autorisation d'Allah.
  

 Prophète (salallahu 'layahi wasalam) a dit a ce sujet:


« Certes, le mauvais œil est une vérité. »
(Al-Bukhârî et Muslim)

Cela est confirmé par la réalité, et je ne connais pas de versets qui contredisent ce hadith de telle sorte que des gens disent que le mauvais œil contredit le Coran.

Allah a certes lié chaque effet à sa cause, et les exégètes du Coran disent à propos de la parole du Très-Haut : 

« Peu s'en faut que ceux qui mécroient ne te transpercent par leurs regards, quand ils entendent le Coran. » [Sourate Al-Qalam : 51 ] 



Que le verset concerne le mauvais œil ou non, il est certain que c'est une vérité, il n'y a pas de doute sur ce sujet-là, et la réalité confirme cela depuis l'époque du Messager d'Allah ( salallahu 'layahi wasalam) jusqu'à nos jours.


Mais que doit faire celui qui est atteint du mauvais œil ? On doit lire du Coran.

Si on connaît l'auteur de ce mauvais œil, on lui demande de faire ses ablutions, on prend ce qui reste de l'eau utilisée, puis on le verse sur la tête et le dos de celui qui est atteint, et on lui en donne à boire.

Ainsi, il sera guéri avec la permission d'Allah.

Une habitude qui existe chez nous est de prendre un vêtement qui touche au corps de celui qui a lancé le mauvais œil, comme le bonnet ou autre, et de le tremper dans l'eau, que l'on fait boire à celui qui est atteint.

Ceci est bénéfique, selon les dires de beaucoup de gens. Cette méthode se base sur un moyen légitime et il n'y a donc pas de mal à l'utiliser.

 


 
On a vu que le mauvais œil est une vérité attestée par la Loi islamique et par la réalité.

Allah dit : « Peu s'en faut que ceux qui mécroient ne te transpercent par leurs regards. » 

Ibn Abbâs et d'autres ont donné le commentaire suivant de ce verset : « Il vous transperce de son regard (le mauvais œil) ».

Le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) a dit : « Le mauvais œil est une vérité, et s'il y avait quelque chose qui dépassait la prédestination (al-Qadr), ce serait le mauvais œil ; et si on vous demande de vous laver, faites-le. »


Il y a aussi ce qui a été rapporté par An-Nasâ'î et Ibn Mâjah : « Âmir ibn Rabi'ah, passant à côté de Sahl ibn Hanîfa qui se lavait dit : « Je n'ai jamais vu une telle peau ! » Sahl s'évanouit aussitôt. On le ramena au Messager d'Allah (salallahu 'layahi wasalam) en lui demandant : « Qu'arrive-t-il à Sahl ? ». Il leur demanda alors : « Qui accusez-vous ? » et ils répondirent : « Âmir ibn Rabi'ah ». Le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) dit alors : « Pour quelle raison quelqu'un voudrait-il tuer son frère ? Quiconque voit dans son frère quelque chose qui lui plaît, qu'il invoque pour lui la bénédiction (Barakah). ».

Puis il demanda de l'eau, commanda à Âmir ibn Rabi'ah de faire ses ablutions en se lavant le visage, les mains jusqu'aux coudes, les genoux et les parties cachées par les vêtements, et ordonna que l'on verse cette eau sur Sahl. » Dans une autre version : « Versez l'eau sur le dos. »

La réalité le confirme et personne ne peut le nier.


Les remèdes légiférés sont :

1 - La lecture du Coran : le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) a dit :
« Point de Ruqiyah, sauf pour le mauvais œil ou la piqure (de scorpion ou de serpent). »


Jibrîl lisait sur le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) les paroles suivantes :
« Au nom d'Allah, je t'exorcise ; contre toute chose qui te fait mal, contre le mal de toute âme ou le mauvais œil d'un envieux, qu'Allah te guérisse, au nom d'Allah, je t'exorcise. »


2 - Le fait de se laver, comme le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) a ordonné de le faire à Âmir ibn Rabi'ah, dans le hadith cité précédemment, puis de verser cette eau sur la personne atteinte.

 

Il n'y a pas de mal à se prémunir à l'avance contre le mauvais œil, et cela ne contredit pas le fait de s'en remettre à Allah.

Mais plutôt cette manière de faire confirme le Tawakkul, puisque at-Tawakkul en Allah, qu'Il soit exalté, est le fait d'utiliser des moyens permis. Le Prophète (salallahu 'layahi wasalam) lui-même, recherchait la protection d'Allah sur Hasan et Husayn en disant : « Je cherche protection pour vous auprès des paroles parfaites d'Allah contre tout démon, contre toute chose nuisible et contre tout mauvais œil. » et il disait : « Ainsi faisait Ibrahim pour Ishâq et Ismâ''aîl. » (Al-Bukhârî).

 
2 Choses à connaitre

♦ Il est nécessaire d'utiliser une formule nommant la bénédiction d'Allah lorsqu'on craint d'envoyer le mauvais œil, et pas simplement de prononcer le nom d'Allah. Donc on va dire « Allahummah Bârik » ou "Ma chaa allah"

♦ Deuxièmement, nous constatons avec dépit que la plupart des gens délaissent les invocations pour les enfants, on les voit leur sourire, leur faire des grimaces mais jamais invoquer pour eux.

Cela revient en premier lieu au parent de dire au moins une fois par jour cette invocation pour protéger leurs enfants, mais aussi à tout un chacun d'invoquer pour les enfants que l'on peut rencontrer, et c'est là un des plus grands actes de bonté que l'on peut avoir vis-à-vis d'eux et de leurs parents.

Certains disent : « je sais, mais j'oublie de le faire » Il existe des moyens simples de s'en souvenir, on peut se dire que tous les matins avant de jouer avec son enfant, ou à chaque fois que l'on rencontre l'enfant d'un frère ou d'une sœur on fait deux choses : on lui passe le salâm et on invoque pour lui, et après seulement on peut plaisanter et discuter. Wallahu 'alam.

"Si l'un de vous voit chez son frère, chez lui-même ou dans ses biens une chose qui lui plaise, qu'il invoque donc les bénédictions d'Allah car le mauvais œil est certes une vérité."

 
 

Francais


Arabe


Phonétique
Au Nom d'Allah (trois fois) بسم الله [Bismi Allah]

Mettre la main sur les parties douloureuses du malade et dire : « Je demande la protection d'Allah par sa puissance contre le mal que je rencontre et que j'appréhende » (7fois) 

أعوذُ بالله وقدرته من شرِّ ما أجد وأُحاذر [A'oudhou bi-Allah oua qoudratihi min shari ma ajidou oua ouhadir]

« Ô Allah, Seigneur des hommes, fais partir le mal et guéris ; Tu es le Guérisseur, il n'y a de guérison que la Tienne, une guérison qui ne laisse aucun mal » 

اللهم ربَّ الناس أذهب البأس واشف أنت الشافي لا شفاء إِلا شفاؤك شفاءً ولا يُغادر سقماً [Allahumma rabbi an-nasi adhib al-ba'ss oua ishfi anta as-shafi la shifâ'a illa shifâ ouk shifâ'an la yougadirou saqa-man]

«Je m'appuie sur les paroles parfaites de Allah contre tout Satan, Tout méfait et tout mauvais-œil »

أعوذ بكلمات الله التامات من كلِّ شيطانٍ وهامَّهٍ ومن كلِّ عينٍ لامَّة [A'oudhou bikalimat Allahi at-tamati min koulli shaytanin oua hammatin oua min koulli 'aynin lammatin]

«Je prends refuge dans les paroles accomplies de Dieu contre tout mal qu'Il a créé » 

أعوذ بكلمات الله التامات من شرِّ ما خلق [A’oudhou bikalimat Allahi at-tammati min sharri ma khalaqa]

« Je prends refuge dans les paroles sublimes de Dieu contre Sa colère, Son châtiment, Le mal de ses sujets, les suggestions des diables et contre leur présence »

أعوذ بكلمات الله التامات من غضبه وعقابه وشرِّ عباده ومن همزات الشياطين وأن يحضرون [A'oudhou bikalimat Allahi at-tamati min ghadhabihi oua 'iqabihi oua sharri 'ibadihi oua min hamazati ash-shayatini oua an yahdhouroun]

« Je prends refuge dans les paroles parfaites de Allah, celles que ne peut transgresser un pieux ni un dépravé, contre tout mal qu'II a créé, façonné et multiplié, contre les méfaits de ce qui descend du ciel et de ce qui y remonte, contre les méfaits de ce qui accroît sur terre et de ce qui en ressort, contre les méfaits des tentations du jour comme de la nuit et contre les méfaits de tout visiteur, Sauf s'il est porteur de bien ; Ô le Miséricordieux » 


أعوذ بكلمات الله التامات التي لا يُجاوزُهنُّ برٌّ ولا فاجرٌ من شرِّ ما خلق، وبرأ وذرأ، ومن شرِّ ما ينزل من السماء، ومن شرِّ ما يعرج فيها، ومن شرِّ ما ذرأ فيا لأرض، ومن شرِّ ما يخرجُ منها، ومن شرِّ فتن الليل والنهار، ومن شرِّ كلِّ طارقٍ إِلا طارقاً يطرق بخيرٍ يا رحمن [A'oudhou bikalimat Allahi at-tamati al-lati la youjawizou- hounna barroun wa la fâjiroun min sharri ma khalaqa, oua ba-ra'a oua dhara' a, oua min shari ma yanzilou mina as-sama-i, oua min shari ma ya'roujou fiha, oua min shari ma dhara' a fi al-ardi, oua min shari ma yakhroujou minha, oua min shari fitani al-layli oua an-nahari, oua min shari koulli tariqin ila tariqan yatrouqou bi-khayrin ya Rahman]

« Ô Allah, Seigneur des sept cieux et du Trône Sublime, notre Seigneur et Seigneur de toute chose, celui qui fend la graine et fait germer la semence, le Révélateur de la Torah, de l'Evangile et du Qur'an. Je prends refuge auprès de Toi contre les méfaits de toute chose dont Tu maîtrise la destinée. Tu es le Premier, rien ne Te précède et Tu es le Dernier, rien ne Te succède, Tu es l'Apparent et rien n'est au-dessus de Toi. Tu es l'occulte (Al-Ba-tinn signifie le caché, l’intime, l'intérieur Ou encore le fond et l'essence de quelque chose ou de quelqu'un. ) et rien n'est plus occulte que Toi »

اللهم ربَّ السماوات السَّبعِ وربَّ العرش العظيم، ربَّنا وربَّ كلِّ شيءٍ، فالق الحبِّ والنَّوى، ومُنزل التوراة والقرآن، أعوذ بك من شرِّ كل شيءٍ أنت آخذٌ بناصيته، أنت الأوَّل فليس قبلك شيءٌ، وأنت الآخر فليس بعدك شيءٌ، وأنت الظاهر فليس فوقك شيءٌ، وأنت الباطن فليس دونك شيءٌ [Allah oumma rabba as-samaouati as-sab'i oua rabbi al-'arsh al-'adhim, rabbana oua rabba koulli shay'in, fâliq al-habbi oua an-nawa, oua mounazila at-Tawrati oua al-Injil wa al-Qur’an, a’oudhouu bika min shari koulli shay'in anta akhidhoun bi-nassiyatihi, oua anta al-awwalou fa-laysa qablaka shay oun, oua anta adhahirou fa-laysa fawqaka shay oun, oua anta al-ba-tinnou fa-laysa dounaka shay oun]

« Au nom de Allah, Je te prémunis contre tout ce qui te ferait du mal et contre les méfaits de tout esprit ou un œil envieux, Allah te guérit, au nom de Allah, je te prémunis » 

بسم الله أرقيك من كل شيءٍ يُؤذيك ومن شرِّ كلِّ نفسٍ أو عين حاسدة الله يشفيك بسم الله أرقيك [Bismi Allah arqïka min koulli shay in you’ dhika oua min shari koulli nafsin aw 'ayni hasidin Allah ou yashfika bismi Allah arqika]

« Au nom de Allah, puisse-t-Il te laver de toute maladie, te guérir de tout envieux lorsqu'il t'envie et des méfaits de celui qui regarde jalousement » 


 بسم الله يُبريك ومن كُلِّ داءٍ يشفيك ومن شرِّ حاسدٍ إذا حسد ومن شرِّ كلِّ ذي عينٍ [Bismi Allah youbrika oua min koulli da'in yashfika oua min shari hassidin idha hassad oua min shari koulli dhi 'aynin]

« Au nom de Allah je te prémunis contre tout ce qui te nuit, comme l'envie d'un envieux et le regard d'un jaloux, que Dieu te guérisse »
 بسم الله أرقيك من كلِّ شيءٍ يؤذيك من حسد حاسدٍ ومن كلِّ ذي عينٍ الله يشفيك  [Bismi Allah arqika min koulli shay in you'dhika min hassadi hassidin oua min koulli dhi ‘aynin - Allah yashfika]

Le mauvais oeil se présente sous deux formes :

  • Le mauvais œil d’un humain
  • Le mauvais œil des Djinns

Oum Salamah a rapporté que :

le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a vu dans sa maison une jeune servante atteinte d’une tâche brune sur le visage. Il dit : « Exorcisez-là, car elle est frappée d’un mauvais œil. »  

Al-Hussain Ibn Mass’oûd al-Farrâ a expliqué sur la « tâche brune » [de cette servante] que ce qui est entendu par cela, c’est que cela provient des Djinns. 

Il dit : « Elle est atteinte d’un mauvais œil provenant des Djinns, qui est plus pénétrant que les pointes des lances. »   

Il a été cité par Djâbir [un hadîth] remontant jusqu’au Prophète qui dit : 

« Le mauvais œil fait entrer l’homme dans la tombe et fait pénétrer le chameau dans la marmite. »    

Et d’après Abî Sa’îd, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) se réfugiait auprès d’Allâh contre les Djinns et contre le mauvais œil des humains.    

  Une catégorie de personnes, celles qui souffrent de lacune d’audition et de raison, ont réfuté la question du mauvais œil en déclarant : il ne s’agit que d’illusions qui n’ont aucun trait de vérité.

Ces gens sont touchés d’ignorance quant à ce qui est lié à l’audition et la raison.

La véracité [du mauvais œil] leur est voilée, elles, dotées d’un caractère primitif, alors que des distances les séparent de la connaissance des âmes et des esprits, de leurs caractéristiques, de leurs actes et de leurs influences.

Les gens raisonnables, malgré leurs divergences religieuses et dogmatiques, ne repoussent pas l’affaire dumauvais œil et ils ne blâment pas cela, bien que des divergences pourraient se déclarer quant à ses causes et effets.

Il est une catégorie de personnes qui ont dit : l’âme de celui qui a un mauvais œil s’adapte à la mauvaise condition.

Emanera de son œil une force venimeuse qui se joint à l’homme atteint de ce [mauvais] œil, lui causant ainsi du tort.

  Une autre catégorie ont dit : ce fait n’est pas renié, de même que n’est pas reniée l’émanation de la force venimeuse du serpent qui atteint l’homme et le laisse périr.

Ce phénomène est connu chez un genre de serpent qui, en enveloppant un homme de son regard, lui cause la mort inévitable.

Cette situation est analogue à celle de l’être aumauvais œil.

  Une autre catégorie a dit : certes Allâh a pris l’habitude de créer le dégât qu’Il désire lors de la rencontre entre le mauvais œil et la personne qui en est atteinte, et cela sans que de son œil n’émane ni une force, ni une cause, ni une influence.

Telle est le dogme de ceux qui renient les causes et effets dans le monde.

Ceux-là ont bloqué sur eux la porte des calamités, des effets et des causes.

Et ils contredisent ainsi l’ensemble des gens de raison.

Il n’y a pas de doute qu’Allâh - Subhânahu - a crée dans les corps et les âmes des forces et des caractères différents [...]

Il n’est pas possible à la personne douée de raison de rejeter l’influence de âmes dans les corps.

Et tu vois sûrement comment le visage se teint de rouge par pudeur ou timidité, et pâlir de peur.

On a souvent observé des personnes tomber malades et s’affaiblir suite à un regard.

Tout cela se produit grâce à l’influence des esprits qui sont étroitement liés à l’œil.

A partir de là, on attribue l’acte à cet œil alors que ce n’est pas [l’acte] qui agit, mais ce qui est influent [dans cela], c’est l’esprit. 

Les esprits sont munis de caractéristiques, de forces, de conditions et de spécificités différentes.

Et l’esprit de l’envieux est assurément nuisible.

Et c’est la raison pour laquelle, Allâh - Subhânahu - a ordonné à Son Prophète de se réfugier auprès de Lui contre le mal de l’envieux [...] 

Je terminerai en disa que si dieu veut une chose nul ne peut repousser sa realisation et que s'il ne veut pas une  chose jamais elle ne se realisera ........
Et Dieu est le plus savant ...
  

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 15:54

Le Maroc est le premier producteur et exportateur mondial de haschich.

La région du Rif abrite en effet des dizaines de milliers d’hectares de cultures de cannabis à partir desquelles est produit le haschich marocain, manne dont la suppression programmée constitue un véritable défi pour les autorités marocaines. 

Voici grosmodo le contexte historique, culturel, politique et économique de la culture du cannabis dans la région afin de mieux comprendre comment cette activité économique, qui s’est très largement développée au cours des deux dernières décennies, a permis d’y maintenir un certain statu quo socio-économique et politique. Le Maroc est le premier producteur et exportateur de haschich au monde.

 

Il recèle aussi probablement, et assez logiquement, parmi les plus importantes superficies mondiales de cannabis..

 

Quelque 3 070 tonnes de haschich auraient été produites cette année là à partir de la récolte de cannabis.

 

Quoi qu’il en soit, le cannabis occupe toujours de vastes superficies alors même que le contexte marocain diffère grandement de celui de la production afghane d’opium ou même de celui de la coca en Colombie : en effet, aucun conflit armé n’y remet en question le contrôle politico-territorial de la monarchie chérifienne et ne permet donc d’expliquer que de telles superficies y soient consacrées à une production agricole illicite ..

 

Le Maroc a vu la culture du cannabis et la production de haschich se développer au cours des dernières décennies malgré leur illégalité et le fait que le pays soit signataire par exemple des diverses conventions des Nations unies sur les stupéfiants et les substances psychotropes (1961, 1971, 1988) et de la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée (2000)Etant illégales, les cultures marocaines de cannabis se limitent toutefois plus ou moins, en fonction des extensions ou des contractions qu’elles connaissent au gré des années, à la région septentrionale et montagneuse du Rif qui borde la Méditerranée depuis Tanger, à l’ouest, jusqu’à l’oued Moulouya, à l’est. Relativement isolé du reste du Maroc, en raison de son relief montagneux, de son ancienne appartenance au Protectorat espagnol (1912-1956), et de son très faible niveau de développement et d’équipement, le Rif est une « zone-barrière…

 

assez fortement peuplée de montagnards sédentaires, à la recherche de ressources d’appoint » qui a longtemps fait l’objet d’une politique étatique conciliante : « Isolées de l’intérieur du pays par des obstacles naturels, les tribus rifaines bénéficient en tant que défenseurs des marches du pays d’une certaine autonomie vis-à-vis du Maghzen [pouvoir central] et d’exemption d’impôts »..

 

Mais la tolérance étatique concerne aussi depuis longtemps la culture illégale du cannabis, désormais la principale des ressources d’appoint de la région (Chouvy, 2005a ; 2005b).

Parmi les lourds héritages historiques et économiques auxquels la population rifaine, les autorités marocaines et même l’Union européenne doivent faire face, figure la culture du cannabis.

 

En effet, depuis les années 1980, le développement considérable des cultures de cannabis du Rif s’est traduit par la dépendance économique croissante mais non exclusive de la région vis-à-vis de ce qui a progressivement tendu à devenir une monoculture. L’économie du cannabis (montant global marocain des transactions de cannabis et de haschich) constituerait ainsi la principale source de revenus du Rif et serait même susceptible de constituer l’une des premières sources de devises du Maroc et de contribuer de façon massive à l’économie du pays .

 

Enfin, le haschich marocain concerne l’Europe au premier chef dès lors qu’elle constitue son premier marché et qu’elle réalise 74% des saisies mondiales de haschich (1 083 tonnes sur 1 471 en moyenne )

Pour comprendre le contexte actuel de la culture du cannabis et de la production de haschich au Maroc, il importe de revenir sur l’histoire complexe de la région du Rif et la façon dont elle est devenue l’aire de production exclusive du pays.

 

La plante aurait fait son apparition au Maghreb au VIIe siècle de notre ère lors des invasions arabes avant que sa culture ne s’implante autour de Ketama, dans le pays sanhaja, au cœur du Rif, au XVe siècle.

 

Ce n’est que bien plus tard, au XIXe siècle, que le sultan Moulay Hassan 1er (1873-1894) autorise officiellement la culture du cannabis pour la consommation locale dans cinq douars, ou villages, des tribus des Ketama, des Beni Seddate et des Beni Khaled, vraisemblablement pour contribuer à la pacification de la région  Plusieurs révoltes (de 1863 à 1898) des Rifains contre les présences française, anglaise et espagnole, provoquent les expéditions punitives (cinq entre 1864 et 1900) d’un sultan soumis aux puissances étrangères.

 

C’est ce qui conduit Moulay Hassan 1er à écrire en 1893 : « Il arrivera forcément que nos tribus lésées se retourneront contre notre Maghzen… pour prendre elles-mêmes en main leur propre cause » ..

 

De fait, en 1880 une contestation tribale (siba) pousse une ambassade rifaine à demander à Madrid la mise sous tutelle espagnole du Rif alors que les Rifains avaient jusque-là contribué, des siècles durant, à contenir les Espagnols dans leurs présides de Ceuta et de Melilla.

 

Une guerre hispano-rifaine éclate toutefois en 1909 à la suite de la révolte du peuple rifain contre les notables pro-Espagnols, mais elle n’empêche pas la signature du Protectorat franco-espagnol sur le Maroc en mars 1912.

 

Après la division de l’Empire marocain en deux protectorats par la France et l’Espagne, cette dernière, dont le Protectorat englobe le Rif, autorise la culture du cannabis à quelques tribus : le contrôle des Rifains, dont « la faculté de résistance à toute influence extérieure est immense », impliquant en effet certaines concessions .

 

Après la période mouvementée de la Première Guerre mondiale, l’Espagne, qui n’a alors toujours pas placé sous administration directe le territoire qui lui a été concédé par le Traité d’Algésiras (7 avril 1906), et qui n’a donc pas honoré les engagements de réforme et de modernisation auxquels elle était tenue, décide enfin de conquérir le Rif en affrontant les tribus rifaines, déjà mobilisées pour résister à l’offensive. 

 

 

En 1920, Mohammed ben Abdelkrim el Khattabi, l’Emir du Rif, unifie les tribus berbères du Rif dans leur résistance à la domination espagnole et obtient une victoire écrasante à Anoual en juillet 1921. Le 1er février 1923, Abdelkrim instaure la République du Rif afin de donner à son armée un Etat fort apte à moderniser le Rif.

 

Mais il vise aussi, bien sûr, l’indépendance, et la France prend vite la mesure de l’exemplarité de la lutte rifaine, tant dans le sud du Maroc, qu’en Algérie et en Tunisie, et s’en inquiète.

 

En 1924, face aux défaites répétées des Espagnols, à leur débâcle même, le Résident général français, le maréchal Hubert Lyautey, met le président Raymond Poincaré en garde contre l’apparition sur le front nord du Protectorat d’une sérieuse contestation indépendantiste, quelques mois seulement avant qu’Abdelkrim ne prenne possession de Chefchaouen et n’en fasse la capitale de sa République du Rif.

 

En août 1925, la deuxième guerre du Rif est lancée par une armée française forte de 100 000 hommes, suppléés par 400 000 Marocains, fournis par le sultan Moulay Youssef qui avait demandé à Pétain de « débarrasser le Maroc de ce rebelle » d’Abdelkrim, et par une armée espagnole de 100 000 hommes. Lyautey cède dès lors tous ses pouvoirs militaires au maréchal Philippe Pétain qui mène campagne avec le général Miguel Primo de Rivera, alors au pouvoir à Madrid.    

 

L’exceptionnelle résistance des Rifains, forts de 30 000 à 100 000 hommes, stabilisera le front durant l’hiver et forcera Pétain à battre en retraite, mais ne permettra pas d’éviter la reddition d’Abdelkrim en mai 1926.

 

Entre autres choses, Abdelkrim aura réussi, lors des quelques années d’existence de sa république, à interdire la culture et la consommation du cannabis, pratiques selon lui contraires (haram) aux principes de l’Islam. Il reste à ce jour le seul à avoir réussi à imposer pareille interdiction mais, certes, seulement pour quelques années.

 

 

De fait, dès 1926 et le rétablissement du pouvoir espagnol dans le Rif, une nouvelle zone de tolérance du cannabis s’étend au nord de Fès, autour de Ketama, afin de permettre l’adaptation des tribus à l’ordre nouvellement instauré.

 

Cette zone fut immédiatement réduite pour finir par être officiellement abolie en 1929 mais la production n’en continua pas moins à des niveaux élevés  Quant au Protectorat français la culture du cannabis y fut progressivement proscrite, la France ayant signé, lors de la Conférence de Genève (1925) organisée par la Ligue des nations, la Convention internationale sur l’opium qui concernait aussi bien le pavot, la coca, que le cannabis.

 

En 1932, la culture du cannabis fut officiellement interdite par un dahir, ou décret royal. N’étaient plus autorisées que les cultures entreprises pour la Régie des tabacs et du kif autour de Kenitra, dans le Gharb, et de Marrakech, dans le Haouz. La Régie, une société multinationale de capital principalement français, bénéficiait en effet de l’extraterritorialité de la zone internationale du port de Tanger où elle était fort commodément basée.

 

C’est seulement en 1954 que la culture du cannabis fut interdite dans l’intégralité de la zone française à la suite de l’adoption du « dahir du 24 avril 1954 portant prohibition du chanvre à kif ».

 

En accédant à l’indépendance, en 1956, le Maroc étendit la prohibition à la zone espagnole et provoqua un vif mécontentement au cœur du Rif, contraignant le roi Mohammed V à se résigner à tolérer la culture du cannabis dans les cinq douars historiques des Ketama, des Beni Seddate et des Beni Khaled.

 

Culture du cannabis dans les provinces du Nord du Maroc en 2004 (par communes) La tolérance par les autorités étatiques de la culture du cannabis dans le Rif n’est pas fortuite.

 

Le Rif est l’une des régions berbères du Maroc qui, comme l’a montré le sanglant épisode de la République du Rif, a autant que possible résisté aux dominations étrangères, européennes certes, mais également arabes.

 

Jusqu’en 1912 et l’ère des Protectorats, le Rif fit partie du bled as-siba, le territoire de la dissidence qui se distinguait du bled al-makhzen, sous contrôle du sultan. C’est d’abord avec l’avènement, en 1666, de la dynastie alaouite (dite aussi chérifienne), dynastie arabisante et islamisante ayant à sa tête un amir al-mouminine, ou commandeur des croyants, que la distinction entre le bled as-siba et le bled al-makhzen s’accentua .

 

La dynastie chérifienne a en effet longtemps tenté de réduire l’étendue du droit coutumier berbère en faveur de la loi islamique (charia), notamment en cherchant à réprimer le culte des saints et les autres pratiques païennes.

 

 Par contre, sous le Protectorat français, le général français Henrys et son état-major composé d’anciens d’Algérie rendaient quant à eux explicite dès 1913 la préférence de la France pour une politique berbère « qui sauvegarderait l’originalité du monde berbère marocain en maintenant celui-ci dans son isolement traditionnel et en lui conservant ses coutumes »

 

Le pouvoir colonial français allait ainsi accroître la distinction entre le bled as-siba et le bled al-makhzen par le biais de la reconnaissance du particularisme berbère par Lyautey et par l’isolement qu’il allait leur imposer à travers le dahir du 11 septembre 1914.

 

Pétain, quant à lui, initia ensuite le « dahir berbère » (16 mai 1930) qui, pour amadouer les Berbères, préservait leur autonomie traditionnelle en reconnaissant notamment la spécificité du droit coutumier.

 

 Il soumit donc les régions berbérophones à la juridiction française en les plaçant sous administration directe et en les soustrayant au droit marocain. Accentuant donc la distinction entre Arabes et Berbères et isolant davantage encore ceux-ci de l’influence du Makhzen, la « politique berbère de la France » entraîna une réaction nationaliste des milieux arabisés.

 

Plus tard, si la loyauté envers le roi ne fut jamais remise en question lors des révoltes berbères des répressions sanglantes ont toutefois ponctué l’histoire du Maroc indépendant, particulièrement dans le Rif entre 1958 et 1984.

 

Ainsi, le soulèvement anti-gouvernemental de 1958 y fut réprimé par le prince héritier Hassan (futur Hassan II) qui usa à cette fin des deux tiers de l’armée marocaine et de bombardements au napalm.

 

Ces soulèvements berbères ont bien sûr de profondes causes historiques, tant précoloniales que coloniales, mais le contexte économique des régions berbérophones, et surtout du Rif, a aussi joué un rôle déclencheur fondamental.

 

 De fait, les classes les plus pauvres des Marocains sont largement constituées de Berbères dont les régions n’ont pas bénéficié des mêmes développements économiques que les régions côtières largement arabisées.

 

Le statut des langues berbères (tamazight), parlées par plus d’un tiers de la population marocaine mais reconnues et enseignées seulement depuis une décision de Hassan II en 1994, a indéniablement ajouté une dimension culturelle aux frustrations politiques et économiques des berbérophones. Notamment lors de la quarante-cinquième session de la Commission des stupéfiants (Nations unies)

 

La culture du cannabis qui est désormais solidement implantée dans le Rif est en partie héritée de cette longue et complexe histoire faite de violence, de rivalités, de tolérance et de contestation.

 

De fait, aux premières heures de l’indépendance, même Mohammed V dut renoncer à imposer la prohibition du cannabis qu’il envisageait face au mécontentement tribal des Rifains.

 

Les habitants de la région de Ketama expliquent d’ailleurs encore aujourd’hui que leur culture du cannabis a été « autorisée » par Mohammed V. En dépit de son illégalité, la culture du cannabis a donc subsisté et a même connu même un réel développement dans le Rif, et ce surtout sous les règnes de Hassan II (1961-1999) et de Mohammed VI (1999 à aujourd’hui).

 

La « guerre contre la drogue » que Hassan II déclara en septembre 1992 n’y changea rien, ainsi que la première enquête des Nations unies l’a montré en 2003 en confirmant la place de premier producteur mondial de haschich du Maroc que beaucoup suspectaient depuis des années déjà malgré les dénégations répétées des autorités marocaines.

 

 Le rapport de 2003 montrait aussi implicitement que les politiques visant à interdire la production, à engager des poursuites judiciaires, et à promouvoir un développement économique dans le Rif avaient échoué en laissant les superficies cultivées en cannabis exploser.

 

De fait, les projets de développement engagés dans le nord du Maroc, et notamment dans le Rif lors du règne de Hassan II, n’ont à l’évidence pas suffi à endiguer l’extension des cultures de cannabis dans le Rif, bien au contraire.

 

 Ainsi, le projet de Développement Economique et Rural du Rif Occidental (DERRO), initié en 1961 (ONU / FAO) en tant que « premier projet intégré mené en zone de montagne depuis l’indépendance » (lutte contre l’érosion et lutte contre l’émigration par l’amélioration des conditions de vie), a eu des résultats extrêmement mitigés, sinon contre-productifs ..

 

Bien plus tard, en 1995, un dahir royal créait l’« Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord du Royaume » (APDN) qui vise principalement à désenclaver les territoires du nord et à optimiser l’exploitation de leurs ressources naturelles et de leurs systèmes productifs.

Plus de 10 ans après sa création et malgré des réalisations notables, l’APDN n’a pas non plus eu le succès escompté en termes de réduction ou même de limitation des superficies cultivées en cannabis..

 

En montant sur le trône en juillet 1999 Mohammed VI a quant à lui initié un changement dans les relations que le pouvoir central entretient avec le Rif et les Rifains, changement intégré dans un processus de transition démocratique et de réconciliation engagé à l’échelle nationale.

 

Ainsi, le processus de réconciliation nationale qui a été lancé en 2004 dans le cadre de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) a permis de reconnaître officiellement l’arbitraire de l’Etat en général et notamment les violences qu’il a perpétrées lors de la répression par Hassan II de la révolte rifaine (1958-1959). L’IER a ainsi « préconisé…

 

l’adoption et le soutien de nombreux programmes de développement socio-économique et culturel en faveur de plusieurs régions et groupes de victimes », notamment dans le Rif « dont la marginalisation et l’isolement étaient, selon le sentiment des citoyens, liés aux violations commises par le passé ».

 

 La même année, à la suite du séisme qui a frappé la région de Al Hoceima, Mohammed VI s’est rendu à plusieurs occasions dans le Rif et a déclaré dans la ville sinistrée qu’il ordonnait au gouvernement d’élaborer « un plan de développement structurel intégré, à moyen et à long termes, pour la mise à niveau de la province d'Al Hoceima et le développement de la région du Rif », et ce afin de « faire de la région du Rif… un pôle de développement urbain et rural dans la Région Nord, parfaitement intégré dans le tissu économique national »

 

Enfin, en 2005 le monarque lançait l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) afin de combler le retard affiché par le Maroc dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement désignés par les Nations unies et donc afin d’œuvrer à « la mise à niveau de catégories de la population et certains territoires plus touchés par la pauvreté que d’autres ».

 

Diverses actions ont été engagées dans le nord du Maroc et notamment dans le Rif : développement du port de Tanger (zone franche), désenclavement du Rif central (rocade méditerranéenne et ses pénétrantes) et amélioration des axes routiers, développement rural (reboisement, arboriculture, petite et moyenne hydraulique, cultures alternatives, etc.), électrification des zones rurales, maintien et, ou, développement du tourisme.

 

Toujours est-il qu’au milieu de la décennie 2000 les cultures de cannabis n’ont jamais été aussi étendues au Maroc, ce qui témoigne au moins dans une certaine mesure des échecs des projets de développement menés depuis des décennies dans le Rif, que ceux-ci aient été trop peu nombreux, sous financés, mal conçus, mal coordonnés, ou encore limités dans leur impact par divers blocages institutionnels et administratifs.

 

Enfin, l’importance de la corruption a sans aucun doute permis sinon encouragé le développement d’une culture aussi rentable que celle du cannabis dans une région aussi pauvre et enclavée que celle du Rif.

 

Il semble toutefois qu’au moins deux projets de développement alternatifs ont été menés dans le Rif, notamment au début des années 1980 par le FNULAD (prédécesseur de l’UNODC), le PNUD et le ministère de l’Intérieur marocain à Azilal. L’Union européenne a ensuite (1994) financé un projet de développement alternatif reprenant pour l’essentiel les objectifs du projet mené à Azilal, malgré son échec.

 

Le projet de l’UE, initialement mis en œuvre sans aucun résultat par la Caisse nationale de crédit agricole a ensuite été repris par l’ONG espagnole CERAI qui a mis en place quelques projets pilote ayant à priori démontré la viabilité de certaines productions alternatives (amandiers, jojoba, raisin de table, élevage caprin intensif, etc.) 

 

En tout état de cause, le développement alternatif n’a eu que des succès très peu nombreux et très relatifs à l’échelle mondiale et, dans son rapport 2005, l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) insistait sur le fait que le développement alternatif était « mis en œuvre dans les zones touchées par la culture du pavot à opium et du cocaïer, plutôt que dans celles touchées par le culture de cannabis »  Si la culture du cannabis s’est développée comme elle l’a fait dans le Rif au cours des dernières décennies c’est en partie en raison du sous-développement de la région et de la tolérance historique de cette culture.

 

Mais les proportions prises récemment par la culture du cannabis sont d’autant plus importantes que les projets de développement du Rif n’y ont eu que très peu d’impacts économiques.

 

La culture du cannabis n’a explosé que récemment au Maroc. En effet, jusqu’aux années 1980 les cultures étaient peu développées et restées limitées géographiquement : moins de 10 000 hectares auraient été cultivés annuellement, au cœur du Rif, au cours de la décennie 1970.

 

Plusieurs facteurs auraient joué dans l’augmentation des cultures lors des années 1980, parmi lesquels la crise économique prolongée du Rif, le développement insuffisant de la modernisation et de la mécanisation de l’agriculture, en partie due à un isolement géographique qu’elle accentuait, et l’incapacité des opportunités d’émigration à compenser la crise.

 

Mais l’augmentation de la demande européenne de haschich qui s’est déclarée au cours des années 1960 et, surtout, 1970, a vraisemblablement joué un rôle non négligeable dans l’accroissement des superficies cultivées en cannabis et dans le développement de l’industrie du haschich marocain.

 

C’est en tout cas la demande européenne qui a transformé l’industrie traditionnelle du kif, une mixture composée de deux tiers de marijuana et d’un tiers de tabac noir, en celle, plus moderne, du haschich.

 

En devenant dès les années 1960 l’une des destinations privilégiées des hippies, le Maroc a de fait vu sa production de kif évoluer vers celle de haschich. Les fumeurs de haschich européens avaient jusqu’alors principalement accès à des haschichs du Proche-Orient et d’Asie : haschichs libanais, turc, afghan, pakistanais, indien, népalais. 

 

L’accroissement de la demande européenne et la commode proximité du Rif des côtes de l’Europe méditerranéenne8 contribuèrent au développement de la production marocaine de haschich. Mais les détails de l’expansion des cultures de cannabis sont bien sûr d’autant moins connus qu’il a fallu attendre 2003 pour qu’une enquête des Nations unies prenne la mesure du phénomène de façon fiable et documentée.

 

En 1994, un rapport confidentiel de l’Observatoire géopolitique des drogues estimait que la production marocaine de cannabis « faisait du royaume chérifien un sérieux prétendant au titre de premier exportateur mondial de haschich » et valait au journal Le Monde (1995) qui l’avait rendu public des poursuites pénales initiées par le Maroc.

 

On estima la production entre 65 000 et 75 000 hectares en 1993, à 78 000 hectares en 1995, à 90 000 hectares en 1999, et à 100 000 à 120 000 hectares en 2001.Lors des années 1980 et 1990, donc, les superficies cultivées en cannabis augmentèrent rapidement et débordèrent de la région historique de production du pays senhaja pour atteindre les pays ghomara et jebala et l’est de la province d’Al Hoceima.

 

Après que l’exode rural massif des années 1960, provoqué notamment par les difficultés de l’agriculture de subsistance face à la mécanisation, fut tari, la crise économique des années 1970 et l’imposition de programmes d’ajustement structurel lors des années 1980 contribuèrent à l’extension des superficies cultivées en cannabis dans le Rif, région agricole parmi les plus pauvres du Maroc.

 

Le phénomène d’expansion fut enfin encouragé par une demande européenne croissante pour le haschich marocain, demande qui avait initié la transformation de la production traditionnelle de kif en production de haschich à la fin des années 1960.

 

Les saisies européennes de haschich marocain passèrent de 200 tonnes en 1985 à 950 en 2004 (sur un total de 1 361 tonnes de haschich saisies dans le monde en 2004)

 

En 2004, 80 % du haschich saisi en Europe était désormais d’origine marocaine, ce que les saisies espagnoles indiquent d’autant plus que ce ne sont pas moins de 53 % des saisies européennes qui ont été réalisées en Espagne cette année-là (la France suit avec 6 %).

 

Le Maroc, lui n’a intercepté que 7 % du haschich mondial en 2004, alors qu’il en aurait produit 37 % (2 760 tonnes sur 7 400) Le Rif et, plus largement, le Maroc, ont donc su réagir à une demande européenne croissante, certes, mais l’ont aussi vraisemblablement stimulée par le biais d’une offre régulièrement accrue.

 

Ce faisant, le développement de la culture du cannabis dans le Rif permettait aussi de pallier certaines contraintes économiques et écologiques de la région.

 

 Le Rif est en effet l’une des régions du Maroc les moins propices à l’agriculture. Le relief y est accidenté, les pentes y sont fortes et les sols pauvres, les précipitations sont très irrégulières et très peu compensées par un développement très limité de l’irrigation.

 

La conjonction de ces paramètres a laissé le Rif et sa population en marge du développement économique que connaît par exemple la façade atlantique du pays. Même la manne touristique dont bénéficie le Maroc fait elle aussi défaut au Rif qui reste largement, et malgré son fort potentiel, à l’écart des circuits des villes impériales, de l’Atlas, et du désert.

 

Facteur aggravant du sous-développement rifain, la densité et la croissance démographiques y sont très fortes, parmi les plus élevées du Maroc : en moyenne, la région compte trois fois plus d’habitants au kilomètre carré (124) que le reste du pays (37). L’accroissement de la pression foncière et le manque d’opportunités économiques rendent alors le développement de la production de cannabis d’autant plus incontournable qu’elle permet de générer sept à huit fois plus que la culture de l’orge.

 

Le recours à l’irrigation permet bien sûr d’augmenter encore le rapport : à superficie égale, une culture de cannabis irrigué peut rapporter douze à seize fois plus que l’orge  ..

 

De fait, l’enquête menée par les Nations unies en 2003 ne révèle pas seulement l’étendue des cultures de cannabis dans le Rif mais aussi l’importance que celles-ci représentent pour la population. Ce seraient ainsi 96 000 familles, soit 800 000 personnes, qui auraient été impliquées dans la production de haschich en moyenne : c’est-à-dire 66 % des familles paysannes de la région du Rif enquêtée, 6,5 % de celles du Maroc tout entier, ou encore 2,5 % de la population marocaine .

 

Mais, en moyenne, le cannabis ne génère pas plus de la moitié des revenus des paysans engagés dans sa culture. En effet, à l’instar des paysans de la coca ou de l’opium, en Amérique du Sud et en Asie, la paysannerie marocaine du cannabis ne s’enrichit que très rarement : les Nations unies estimaient le revenu moyen généré en 2003 par la culture du cannabis à 267 dollars US par personne pour un revenu total de 523 dollars. A titre de comparaison, le PIB marocain par habitant était de 1 260 dollars en 2002 ..

 

L’économie du cannabis a jusqu’à présent largement contribué à la fixation de la population dans la région mais aussi à la modération de son ressentiment tant économique que politique. Mais l’extension des cultures s’est faite à un rythme croissant, affectant désormais plusieurs zones de cultures, bien au-delà du centre historique de production de Ketama.

 

Si, parmi les nouvelles zones de cultures, certains produisent du cannabis afin de pallier des revenus autrement trop faibles, d’autres le font en faisant preuve d’opportunisme économique et au détriment des cultures traditionnelles licites et de l’environnement, ce qui mène actuellement à une situation écologique, économique et politique délicate.Le peu de terres arables disponibles et l’accroissement de la pression démographique ont comme conséquence que le développement rapide des superficies cultivées en cannabis s’est largement fait au détriment des forêts du Rif.

 

Après l’exploitation intensive du bois d’œuvre sous le Protectorat espagnol la déforestation du Rif s’est encore accélérée, dès 1968 et avec un pic au milieu des années 1980: « Parmi les nombreuses causes de dégradation directe du capital forestier, et en dehors du processus traditionnel d’extension des cultures familiales vivrières (céréales), le défrichement pour la culture du kif et la coupe pour le bois de chauffage représentent près de 90 % du processus de déforestation » .

 

Plus de 20 000 hectares de forêts auraient ainsi cédé la place à la culture du cannabis autour de Ketama en l’espace de 20 ans. La province de Chefchaouen, elle, aurait connu un défrichement de 1 550 hectares par an entre 1981 et 1991 .

 

« La croissance démographique, par ailleurs stimulée par l’expansion de la culture du kif, induit des besoins en espace et en ressources naturelles toujours plus importants, ce qui ne fait qu’accroître la pression s’exerçant sur la forêt » . La croissance démographique du Rif est désormais accentuée par l’attrait que représente l’économie du cannabis dans la région, à travers les besoins importants en main-d’œuvre saisonnière que cette activité agricole intensive implique et, même, le retour au pays de Rifains séduits par le succès du cannabis.

 

Le fragile équilibre du mode de production rifain est donc sérieusement menacé. La culture du cannabis, véritable alternative au développement et à l’incapacité de l’activité agro-pastorale à satisfaire les exigences des familles, atteint en toute vraisemblance les limites démographiques, économiques et écologiques qui sont les siennes.

 

 La surexploitation du milieu par une population croissant rapidement présente un sérieux risque de crise écologique et donc, à terme, dans ce contexte essentiellement agricole, de grave crise économique et sociale, ou même politique.

 

L’économie et, a fortiori, l’équilibre socioéconomique mais aussi politique, du Rif dépendent pour le moment en grande partie de la production de cannabis, ce qui pose un problème de taille tant à l’État marocain qu’à l’Union européenne, puisque la production et la consommation de haschich sont illégales au Maroc et dans la plupart des pays de l’UE.

 

Après la première enquête des Nations unies sur le cannabis au Maroc, l’État marocain, longtemps tolérant à l’égard d’une production qui lui permettait de pallier son incapacité ou son manque de volonté politique à gérer le développement du Rif, peut difficilement ignorer plus longtempsles problèmes économiques et sociaux de cette région. De même, l’UE et ses membres devront désormais agir face à un phénomène dont on a peine à croire qu’ils ignoraient l’ampleur..

 

La tolérance de cette activité illégale procède certes en partie du contexte culturel et politique de la région, les révoltes passées des Berbères du Rif donnant encore aujourd’hui du poids aux revendications qu’ils font de leur droit à cultiver le cannabis, droit qu’ils estiment avoir acquis grâce à ces rébellions et en guise de réponse au profond sous-développement de leur région.

 

Mais cette tolérance s’explique aussi par le caractère explosif que l’application effective d’une prohibition du cannabis aurait en termes économiques et sociaux dans la région et dans le pays, voire sur l’autre rive, toute proche, de la Méditerranée.

 

L’économie agricole du cannabis régule en effet de façon importante l’emploi dans le Rif, surtout pour les jeunes paysans. Poussés par la pauvreté, quittant les espaces les moins pourvus en terre et en eau ou les villages soumis à des contrôles répétés, ils émigrent vers les régions demandeuses de main-d’œuvre La culture du cannabis, elle, qui s’accommode de terres ingrates et même non irriguées, permet de limiter l’émigration de la population du Rif en assurant sa subsistance (Chouvy, 2005b).

Mais si la marginalité du Rif y explique en partie l’existence de cultures de cannabis, elle ne suffit toutefois pas à en expliquer l’étendue. Il convient ici de souligner que les 134 000 hectares estimés en 2003 par l’UNODC équivalaient aux 130 000 hectares cultivés en pavot à opium en 2004 en Afghanistan. S’il est acquis que cette production agricole illicite afghane doit notamment son succès aux longs et coûteux conflits endurés par le pays, il ne fait d’autre part aucun doute qu’elle se développe désormais d’autant plus qu’elle nourrit une corruption dont elle bénéficie directement.

 

Le développement des surfaces cultivées en cannabis au Maroc a bien sûr eu lieu dans un tout autre contexte dès lors que l’économie du cannabis n’y a pas bénéficié d’une économie de guerre.

 

 L’on peut toutefois estimer que l’économie marocaine du cannabis est en partie la conséquence des conflits historiques, un temps armés, ayant opposé les Rifains au pouvoir chérifien, et ce même après l’indépendance. Mais il apparaît aussi que le maintien et même le développement de la culture du cannabis dans le Rif n’ont pu se faire que grâce à l’accord tacite du makhzen et de ses relais locaux.

 

Les cultures de 2003 et les précédentes n’ont à l’évidence pas pu être entreprises à l’insu du pouvoir central dont les relais administratifs sont multiples et parfaitement opérationnels (mokadem, sheikh, caïd).

 

Ainsi, les producteurs de cannabis expliquent qu’ils cultivent lorsqu’ils en ont reçu l’autorisation officieuse ou en tout cas que s’ils s’abstiennent une année donnée c’est à la suite d’un interdit, lui aussi officieux. Des villages entiers et même des vallées entières peuvent ainsi subitement renoncer à la production de cannabis, comme ce fut le cas dans la vallée de Oued Laou en 2005. Que la production marocaine de cannabis ne se fasse pas sans l’accord tacite du pouvoir central semble donc évident.

 

Mais l’importante corruption que connaît le pays aggrave encore cet état de fait : la lutte contre la corruption fait d’ailleurs partie des principaux objectifs affichés par le rapport commandité par Mohammed VI à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance..Il importe aussi de préciser que l’économie du Rif ne dépend pas que de celle du cannabis, malgré les proportions prises par celle-ci.

 

L’économie de contrebande est en effet particulièrement développée au Maroc et plus encore dans le Rif qui bénéficie d’un avantage géographique certain, et pour l’exportation de son haschich vers l’Europe ou l’Algérie, et pour l’importation de biens de consommation depuis ces même espaces (les principaux points d’exportation de haschich sont les mêmes que ceux qui servent à la contrebande : Ceuta, Melilla, et Oujda, sur la frontière algérienne) 

 

 La taille de l’économie de contrebande est bien sûr difficile à estimer mais le Chambre de commerce américaine estimait en 2002 qu’un commerce de 15 milliards de dirhams (1,7 milliard de dollars US) échappait annuellement à la taxation et que chaque emploi créé par l’économie de contrebande en supprimait 10 dans l’économie légale..

 

En fait, l’économie du Rif dépend énormément de l’étranger, où elle exporte son haschich et d’où elle importe les biens de consommation qui alimentent son économie de contrebande. Mais l’économie du Rif a aussi longtemps dépendu des possibilités de migration saisonnière et d’émigration dont les Rifains disposaient vers l’Algérie et vers l’Europe, surtout vers la France.

 

Dès les années 1960 le gouvernement marocain a encouragé l’émigration, notamment depuis le Rif, en comptant sur les transferts de revenus des expatriés et sur l’impact politico-économique que cela était susceptible d’avoir dans des régions marginales comme celle du Rif. Ainsi, à la fin des années 1980, jusqu’à 40 % des hommes de certains villages du Rif étaient expatriés .

 

A l’échelle nationale, la politique d’émigration a eu un impact certain puisque, « en 2002, les transferts officiels représentaient 6,4 pour cent du produit national brut (PNB), 22% de la valeur totale des importations et six fois l'aide au développement accordée au Maroc » .

 

 Mais les possibilités d’émigration diminuèrent progressivement et même l’Espagne, l’Italie et le Portugal, qui étaient passés de terres d’émigration à terres d’immigration au milieu des années 1980, finirent par imposer des visas d’entrée au Marocains au début des années 1990.

 

C’est lors de cette décennie que la culture du cannabis a accentué sa croissance dans le Rif et c’est aussi à cette époque qu’est apparu le phénomène harraga : le transit de migrants illégaux depuis le Maroc jusqu’à l’Espagne sur de petites embarcations appelées pateras en espagnol. L’immigration clandestine se développa rapidement et d’autant plus facilement que les passeurs utilisèrent d’emblée les réseaux et techniques du trafic de haschich à destination de l’Espagne, porte d’entrée de la résine marocaine en Europe Il n’est d’ailleurs pas rare que les passeurs profitent des clandestins pour aussi passer du haschich en Espagne.

 

Certains observateurs estiment ainsi que, « de la perspective marocaine, la migration constitue une ressource de développement vitale en soulageant la pauvreté et en diminuant le chômage, en contribuant à la stabilité politique ainsi qu'en générant des transferts de fonds. En réalité, le gouvernement marocain a peu d'intérêt à diminuer l'émigration tandis que les employeurs européens ont besoin de leur main d'œuvre » Il semble bien que l’on puisse dire de même de la production de cannabis et de haschich dès lors qu’on en comprend le contexte et qu’on en saisit les enjeux économiques, sociaux, et politiques.

 

Quant à la quasi inexistence de projets de développement alternatifs et à la fermeture de l’antenne de l’UNODC au Maroc en 2005, cela laisse envisager l’existence d’un « marché de dupes »  entre les deux rives de la Méditerranée alors même que la question migratoire, pourtant clairement liée à la question du développement économique des pays du Sud, est plus importante que jamais. Cette culture, pour illégale qu’elle soit, procède donc en grande partie du statu qui, depuis l’accès à l’indépendance marocaine, existe entre l’État et les villages du Rif, sa tolérance par les autorités constituant une alternative à un sous-développement contre lequel elles n’agissent pas, d’une part, et une garantie de paix sociale et politique d’autre part.

 

On peut raisonnablement estimer que le cannabis a permis de stabiliser l’économie d’une région en marge du développement national. Cependant, les montagnes et vallées rifaines restent confrontées à la grande fragilité de leur équilibre écologique, à la perte des savoir-faire agricoles traditionnels et à la pression internationale qui demande l’élimination des plantes à drogues.

 

Désormais, le Maroc devrait logiquement s’attacher à réduire les cultures de cannabis dans le Rif et leur trouver une alternative viable et durable, sinon parce que cette culture est illégale et que les pressions internationales vont aller croissant, du moins parce que l’équilibre écologico-économique de la région est menacé à court terme, l’augmentation de la population et la division foncière qu’elle implique ne semblant pouvoir s’accommoder de la disponibilité limitée des terres cultivables et de leur rapide et profonde dégradation. Le défi du cannabis du Rif est donc celui du développement économique durable d’une des régions les plus pauvres du pays dont la stabilité socio-économique est menacée...

 
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 01:09

 

C’est l’une des missions les plus extraordinaires de toute la conquête spatiale qui se prépare, et pourtant, ses protagonistes sont presque inconnus. C’est incognito que la sonde Stardust fonce à 10 km/s dans le noir de l’espace, à 300 millions de kilomètres de la Terre…

 

Devant elle, un minuscule point lumineux qui s’approche lentement, la comète Tempel 1. La rencontre aura lieu ce 14 février 2011, la sonde passant à moins de 200 km de la comète.A priori, rien d’exceptionnel : la comète de Halley, la comète Borrelly,  la comète Wild 2 et la comète halley l'ont déjà reçu la visite des ambassadrices cosmiques de l’humanité qui les ont photographié sous toutes les coutures.

 

Mais l’exploit que s’apprêtent à réaliser les ingénieurs et les scientifiques américains est une grande première, car la comète Tempel 1 a déjà été visitée, par une autre sonde américaine,c’était le 4 juillet 2005. La sonde, en passant à côté de la comète, avait lancé sur elle un projectile de 370 kilos qui a percuté sa surface à plus de 30 000 km/h, provoquant une explosion énorme .

Environ dix mille tonnes de glace et de poussière ont été éjectées par l’impact, qui a du laisser derrière lui un cratère d’une trentaine de mètres de diamètre, cratère que la sonde n’a pas pu photographier.Les planétologues américains et leurs spécialistes de trajectographie ont alors eu l’idée géniale de revisiter la comète Tempel 1 avec une autre sonde, qui venait de son côté d’achever avec succès sa propre mission : Stardust. Cette sonde a quitté la Terre il y a exactement douze ans, en février 1999, puis a croisé la comète Wild 2, le 31 décembre 2003.

Ensuite, la Nasa a mis sa sonde en hibernation, et Stardust s’est endormie sur sa lente trajectoire autour du Soleil. En 2007, la sonde a été réveillée, et elle a commencé progressivement à se rapprocher de la comète Tempel 1. Scientifiquement, cette mission présente un très grand intérêt.

 Pas vraiment pour la recherche du cratère laissé par la sonde Deep Impact, mais bien plutôt par l’observation de l’ensemble de la comète Tempel 1, qui, depuis 6 ans, est passé au plus près du Soleil, projetant dans l’espace des geysers de glace et de poussière. Comment la surface de la comète a t-elle évoluée ? Nous le saurons ce 14 février, mais la réussite de la mission n’est pas assurée : en effet, la comète tourne sur elle-même en une quarantaine d’heures et, lors de la rencontre de 2005, la moitié de sa surface seulement a été photographiée par Deep Impact.

 

Les scientifiques vont donc croiser les doigts, pour que la rencontre, non seulement se déroule bien – la sonde accusant douze ans d’âge et une odyssée de 6 milliards de km dans le vide cosmique – mais en plus, respecte un timing parfait, permettant de photographier avec précision les régions survolées par Deep Impact il y a six ans…

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 00:49

Les huiles d’olives offrent un très grand nombre d'avantages pour l'organisme.

Très bénéfiques, elles contribuent au maintien de votre santé à tous les niveaux.

 

L’huile d’olive vierge extra est un pur jus de fruit extrait des olives par des procédés physiques qui n’altèrent pas les qualités de l’huile initialement présentes dans les olives.

Cette virginité confère à l’huile d’olive des caractéristiques nutritionnelles et organoleptiques (arômes et saveurs) uniques qui démontrent l’intérêt de la consommation privilégiée de cette matière grasse.

 

Valeur nutritionnelle : L'huile d'olive et les maladies cardiovasculaires De par ses caractéristiques nutritionnelles, la consommation d’huile d’olive joue un rôle primordial dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

En effet, elle réduit la teneur dans le sang du LDL-cholestérol, « le mauvais cholestérol », elle évite la formation de caillots sanguins et elle réduit la pression artérielle.

 

L’huile d’olive est également conseillée pour les personnes souffrant de problèmes gastriques ou digestifs.

 En effet, un régime à base d’huile d’olive atténue la sécrétion d’acide gastrique et facilite la digestion des repas copieux par stimulation de la sécrétion biliaire.La consommation d’huile d’olive favorise la minéralisation et le développement des os.

 

De plus, elle augmente la densité osseuse et pourrait jouer un rôle dans la prévention de l’apparition de cette maladie, puisqu’elle protège l’os des pertes calciques liées à la ménopause et au vieillissement.

 

Les autres bienfaits Riche en vitamines E et provitamine A, elle prévient le vieillissement en construction et le maintien du système nerveux et musculaire. Elle embellit la peau, les cheveux, les ongles et les gencives.

 

L’huile d’olive serait aussi riche en oestrogènes, ce qui la rend particulièrement indiquée pour les femmes à l’âge de la ménopause.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:46

 

 

le miracle du fer et sa provenance des supernovaes

 

Le fer est l'un des éléments évoqués dans le Coran. Dans la sourate al-Hadid, c'est-à-dire “le fer”, nous apprenons ce qui suit :

Et Nous avons fait aussi descendre le fer, dans lequel se trouvent une force redoutable et des avantages pour les hommes… (Coran, 57 : 25)

Les découvertes astronomiques modernes ont en effet révélé que le fer qui se trouve sur la Terre provient d'étoiles géantes des confins de l'Espace..

Le fer que l'on trouve sur Terre, aussi bien que celui présent dans tout le Système Solaire, vient des confins de l'espace, étant donné que la température du Soleil est insuffisante pour la formation du fer. La température à la surface du Soleil est de 6.000 degrés et la température du noyau, quant à elle, est à peu près de 20 millions degrés. Ce métal ne peut être produit que dans des étoiles beaucoup plus grandes que le Soleil, où la température atteint plusieurs centaines de millions degrés. Quand la quantité de fer dans une étoile dépasse une certaine concentration, l'étoile ne peut plus l'héberger et finit par exploser en ce que l'on appelle une “nova” ou une “supernova”. Ces explosions permettent la dispersion du fer dans l'Univers.

Une source scientifique nous fournit les informations suivantes sur le sujet :

Il y a aussi des preuves concernant des supernovae plus vieilles. Des taux de fer-60 élevés dans les sédiments océaniques ont été interprétés comme des indicateurs d'explosion d'une supernova située à 90 années lumières du Soleil, il y a de cela 5 millions d'années. Le fer-60 est un isotope radioactif du fer, formé lors d'explosions de supernova, qui finit par se désintégrer et dont la demi-vie est de 1,5 million d'années. La présence accrue de cet isotope dans une couche géologique indique une récente nucléosynthèse d'éléments non loin dans l'Espace et leur transport par la suite sur Terre (probablement dans les grains de poussière)

Tout cela montre que le fer ne s'est pas formé à l'intérieur de la Terre mais qu'il a été transporté dans l'Espace par des supernovae, et ainsi “descendu sur la Terre” exactement comme l'affirme le verset. Il est clair que cette information n'était pas connue au 7ème siècle, époque de la révélation du Coran. Néanmoins, ce fait est relaté dans le Coran, la parole de Dieu, qui cerne toutes choses de Son omniscience.

L'astronomie a aussi révélé que d'autres éléments se sont formés en dehors de la Terre. Dans le verset “Nous avons fait aussi descendre le fer”, le mot “aussi” fait peut-être référence à cette idée. Cependant, le fait que le verset mentionne spécifiquement le fer est vraiment étonnant, étant donné que ces découvertes ont été faites à la fin du 20ème siècle. Il est vrai que de tous les métaux, aucun n'est plus essentiel à la vie que le fer. C'est l'amas de fer au centre d'une étoile qui déclenche l'explosion d'une supernova et la dispersion subséquente des atomes vitaux pour la vie à travers tout le cosmos. C'est l'attraction exercée par la gravité sur les atomes de fer vers le centre de la Terre, durant les premiers âges de la planète, qui a généré la chaleur qui permit la différentiation chimique initiale de la Terre, le dégagement gazeux de l'atmosphère primitive et aboutissant finalement à la formation de l'hydrosphère. C'est le fer en fusion au centre de la Terre, qui tel un gigantesque dynamo, génère le champ magnétique terrestre, lequel à son tour donne naissance à la ceinture de radiation de Van Allen, formant un bouclier à la surface de la Terre, s'opposant à toute entrée destructive de radiations cosmiques de haute énergie et préservant ainsi la couche d'ozone, zone très cruciale.

Sans l'atome de fer, il n'y aurait pas de vie basée sur la chimie du carbone dans le cosmos >>> pas de supernova, pas de production de chaleur à l'époque primaire de la Terre, pas d'atmosphère, ni d'hydrosphère. Il n'y aurait pas eu de champ magnétique protecteur, pas de ceintures de radiation Van Allen, pas de couche d'ozone, pas de métal pour fabriquer de l'hémoglobine (dans le sang humain), pas de métal pour contrôler la réactivité de l'oxygène et pas de métabolisme oxydatif !!!

En outre, des particules d'oxyde de fer sont utilisées depuis 2003 dans le traitement du cancer appelé nanothérapie Magforce. Une équipe dirigée par le Dr Andreas Jordan, au mondialement célèbre Hôpital de la Charité en Allemagne, a réussi à éradiquer des cellules cancéreuses sans endommager les cellules saines à l'aide de cette nouvelle technique développée par Jordan, l'hyperthermie liquide magnétique (liquide magnétique de haute température). Ce traitement peut être résumé ainsi :

1- Un liquide contenant de l'oxyde de fer est injecté dans la tumeur au moyen d'une seringue spéciale. Ces particules se répandent dans toutes les cellules tumorales. Ce liquide est composé de millions de particules d'oxyde de fer dans 1 cm3, mille fois plus petites que les globules rouges, qui peut facilement circuler à travers tous les vaisseaux sanguins.

2- Le patient est ensuite placé dans une machine dont le champ magnétique est très puissant.

3- Ce champ magnétique, appliqué d'une manière externe, commence à mettre les particules de fer dans la tumeur en mouvement. A ce moment-là, la température dans la tumeur contenant les particules d'oxyde de fer augmente jusqu'à 45° C.

4- En l'espace de quelques minutes, les cellules cancéreuses, incapables de se protéger de la chaleur, sont soit affaiblies, soit détruites. La tumeur peut ensuite être complètement éradiquée par une chimiothérapie subséquente.

La diffusion de cette technique est une étape majeure dans le traitement de cette maladie potentiellement mortelle. Dans le traitement d'une maladie aussi répandue que le cancer, l'utilisation de l'expression “dans lequel se trouvent une force redoutable et des avantages pour les hommes” (Coran, 57 : 25) dans ce verset du Coran est particulièrement digne d'attention. En effet il veut probablement insister sur les bienfaits du fer sur la santé humaine.

Enfin Dieu est le plus savant ..

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 18:36

 

Un processus inévitable guette la terre :  l'inversion des pôles magnétiques et indirectement l'accélération du temps ..

  

Ce phénomène peut à lui seul expliquer, en tout ou partie, beaucoup de choses sur le climat, le trou de la couche d'ozone, la fonte des banquises, la libération du CO2 par les océans, la disparition de certaines espèces animales ou végétales, les cataclysmes, les rayonnements solaires qui ne sont plus filtrés par le bouclier magnétique naturel de la Terre ...etc
 
Des scientifiques ont démontré que l'inversion du magnétisme terrestre était en cours, en analysant l'orientation des particules aimantées sur des poteries ou en analysant des carotages de lave..
  
Ce phénomène naturel, parmi les plus étonnants qui soient, est étudié depuis longtemps et la question est presque d'actualité. En effet les conséquences sont immenses même si le processus n'est pas instantané, l'inversion complète de polarité de la planète pouvant prendre plusieurs centaines d'années. Pendant une durée très courte, au moment de l'inversion totale, on assiste à une disparition du champ magnétique terrestre et la planète ne se trouve plus protégée des radiations venant de l'espace. Le bombardement cosmique aurait ainsi entraîné par le passé des extinctions massives d'espèces ainsi que l'apparition de nouvelles. Or, un certain nombre de données, comme l'affaiblissement du champ magnétique total constaté depuis plus d'un siècle pourrait laisser présager d'une possible inversion magnétique avenir .
Et il est probable qu'elle apparaisse d'un subitement ..
 
Les géophysiciens grace à leurs experiences ont validé la thèse selon  laquelle le noyau de la Terre se comporte comme une sorte de dynamo géante produisant un champ magnétique. Celle-ci peut s'arrêter de fonctionner de façon spontanée ou suite à un choc, comme l'impact d'un objet céleste, puis repartir avec des directions de champs magnétiques différentes. D'après la théorie qui prévaut: les événements apparaissent dans le temps de façon corrélée, par grappes et non plus de manière aléatoire et indépendamment les uns des autres jusqu'a l'iinversion subite .. 
 
Le phénomène très spectaculaire de l'inversion des pôles magnétiques terrestres est déjà arrivé quelques centaines de fois en 160 millions d'années… Quand le Nord devient Sud, on parle d'inversion des pôles magnétiques. La dernière fois, c'était il y a 780 000 ans .. A quand le prochain épisode ?


Il y a plus de 1400 ans, le Prophète avait annoncé parmis les signes majeurs de la fin des temps : Le lever du soleil à l'ouest ..
Voici  les signes spécifiques de l’accélération du temps et du lever du soleil au couchant :
Objectivement, la prédiction du lever du soleil au couchant ne peut s’accomplir qu’à partir de deux scénarios suivants : soit par le phénomène de rotation inverse de la Terre, soit par le phénomène de l’inversion des pôles. Différents textes anciens témoignent de l’existence de tels bouleversements dans le passé lointain de l’humanité.
   
 Dans un ouvrage de l’auteur latin Pomponius Melaque (géographe romain du 1er siècle ), il est écrit :

« Les Égyptiens ont déjà vu la course des étoiles changer quatre fois de direction, et le Soleil s’est couché déjà deux fois dans la partie du ciel où il se lève aujourd’hui. »
À l’évidence, les géologues ont déjà mis en évidence le bien fondé de la mobilité des pôles magnétiques au cours des âges. Dans ce contexte, lors de l’analyse des coulées de lave sortant des volcans, ils ont remarqué que les particules ferromagnétiques s’orientent instantanément dans la direction du champ magnétique terrestre du moment, au cours du refroidissement de la coulée. A l’issue de l’étude des coulées anciennes, il en ressort que le Nord magnétique a déjà changé plusieurs fois d’orientation.

Le même phénomène a pu être identifié sur des poteries préhistoriques ayant enregistrées instantanément la direction du Nord magnétique de l’époque. Pendant la cuisson et le refroidissement de ces poteries, les particules métalliques contenues dans l’argile se sont orientées automatiquement vers le Nord magnétique du moment.

Il convient de rappeler que la Terre se comporte comme un immense circuit électrique. Il existe une sorte de cavité électromagnétique située entre la Terre et la dernière couche de l’ionosphère, à environ 55 kilomètres de distance de sa surface. Les propriétés résonantes de cette cavité magnétique terrestre furent découvertes par le physicien allemand W.O. Schumann entre 1952 et 1957. Elles permettent de mesurer la fréquence ou le taux vibratoire moyen de la Terre. Comme pour le battement du cœur d’un corps vivant, métaphoriquement, la Résonance Schumann mesure le battement du cœur de la Terre. Il est à noter que depuis des milliers d’années, sa fréquence valait 7,8 Hz (Hertz). Or, étrangement, à partir de 1980, cette résonance s’est mise à accélérer, dans un premier temps, lentement, puis brusquement, depuis 1997, elle augmenta très rapidement au point d’atteindre aujourd’hui le niveau record de 12 Hz. L’effet de l’accélération de la résonance Schumann est intimement lié à l’accélération du temps.

Du même point de vue, Gregg Braden, ingénieur aérospatial, a présenté des travaux sur la base desquelles il démontre que la Terre passera prochainement à travers la ceinture de photons. La course cosmique à travers cette nébuleuse aura pour conséquence le ralentissement progressif du rythme des rotations de la Terre. En même temps, il est parvenu à démontrer aussi que la fréquence de résonance de la Terre (Résonance Schumann) s’accélèrera jusqu’à une certaine limite. Selon ce scientifique, quand la fréquence atteindra 13 cycles (13 Hz), la Terre arrêtera ses rotations et nous serons vraisemblablement au « ’Point Zéro » du champ magnétique terrestre. La Terre s’immobilisera alors et au bout de deux ou trois jours, elle commencera alors à tourner en sens inverse. Ce premier scénario produirait alors un renversement dans le champ magnétique autour de la Terre et en elle-même. Il en tire les conséquences suivantes :


- Le temps va paraître de plus en plus rapide au fur et à mesure que nous approcherons du « Point Zéro ».


- le changement au Point Zéro aura lieu quand la Résonance Schumann atteindra 13 Hz. Ce changement se reproduit périodiquement en rapport avec le franchissement de la nébuleuse lumineuse.


- il est probable qu’à l’issue du franchissement du Point Zéro, le Soleil se lèvera alors à l’ouest et se couchera à l’est .
 

Il convient de rappeler que les zones climatiques sont la conséquence de l’inclinaison de l’axe de la Terre par rapport au plan de son écliptique. Autrement dit, l’axe des pôles n’est jamais à angle droit avec le plan de l’écliptique ..
Bref , quand l’axe de la Terre se met à bouger par rapport à son état d’équilibre, l’effet de ses oscillations se répercute systématiquement sur les conditions climatiques.


Des observations plus précises confirment l’instabilité de l’axe de la Terre. Aujourd’hui, le pôle Nord géographique est le théâtre de diverses oscillations mal décryptées. Or, le scénario du basculement de l’axe des pôles pourrait être une explication aux nombreuses perturbations constatées sur le globe comme les changements climatiques, les glaciations, la dérive des continents et la tectonique des plaques, les éruptions volcaniques, les canicules, les tremblements de terre, les tsunamis… !

De ce point de vue, les géophysiciens avaient déjà observé que certains changements climatiques coïncidaient avec les modifications du champ magnétique terrestre. Il n’est pas impossible alors que la brusque disparition d’espèces animales entières (comme celle des dinosaures ou des mammouths) ait été provoquée jadis par un brutal basculement du champ magnétique terrestre, aboutissant à un fort déplacement des pôles, voire à une inversion des pôles magnétiques.


 
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 02:19

Les américains exercent une hégémonie impérialiste exécrable à tel point que pas moins de 72 interventions ont eu lieu depuis 1945 .

Voici quelques pays que les Etats-unis ont (directement ou indirectement)  renversées les gouvernements , manipulés les éléctions et attaquer des mouvements populaires (sans parler de la guerre contre le terrorisme qu'eux-meme  ont  savamment crées) :

-Afganistan

-Albanie

-Angola                    

-Bolivie                    

-Brésil                     

-Bulgarie

-Cambodge

-Chilie

-Chine

-Congo

-Costa rica

-Equateur

-Ghana

-Grèce

-Grenade

-Guyane

-Guatemala

-Haiti

-Indonésie

-Iran

-Irak

-Italie

-Jamaique

-Laos

-Liban

-Lybie

-Maroc

-Nicaragua

-Panama

-Pérou

-Phillipine

-République dominicaine

-Salvador

-Uruguay

-Seychelles

-Somalie

-Surinam

-Syrie

-Yougoslavie

-Zaire

  

Prenons par exemple la décennie des années 70 : Le 11 Septembre 1973 les américains contribuèrent au renversement du  gouvernement démocratique du Chilie.

Un soulèvement ayant  fait 30 000 morts dont le président Chilien de l'époque Salvador Alliende .

En asie du Sud-Est  , les bombardiers américains ont fait des centaines de milliers de victimes au Cambodge et au Laos , Au Viet-nam ils utilisèrent entre autre un poison chimique (sorte d'herbicide composé de dioxines..)appelé aussi "Agent orange" (aujourd'hui encore cela cause des décès et des malformations génétiques à la naissance sur la population ..) , En indonésie et au Timor-Oriental l'appuie américains à la dictature du général Suarto avait entraîné la mort d'au moins 1 millions de personnes (elle accentua son aide à l'Indonésie au moment meme ou le massacre au Timor-Oriental se produisait ..)

 

Les États-Unis disposent à l'heure actuelle de plus de 132 bases à travers le monde parmis elles , celles se trouvant à proximités d'importantes sources d'énergies ( pétroles ..)établis sous le couvert de la guerre contre le terrorisme ..

Selon amnesty international , Des milliers de tortionnaires vivent actuellement sur le sol américain sous la bannière de réfugiés politique  ..d'ailleurs bon nombre d'entre eux ne sont que d'anciens dictateurs et tortionnaires d'amerique latine  ayant  été préalablement formés à l'école des amériques  , au département de Georgie et ce par le biais de certains manuels enseignant grossièrement l'art du terrorisme et de la répression ..On s'apercoit enfin que de hauts gradés de pays d'Amérique centrales (Guatemala , Honduras ou Panama ) s'ennorgeullisse encor de leurs diplômes acquis  dans cette "école du terrorisme"..

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 05:31

 

 

L'Afghanistan assis sur un trésor de minerais

De l'or, du cuivre, du lithium … Des géologues américains ont découvert bien avant 2001 que  le sous-sol afghan regorgais de gigantesques réserves de minerais, dont ils ont évalué la valeur à plus de mille milliards de dollars...

 

Ces gisements, répartis dans tout le pays, seraient suffisants pour en faire un des premiers exportateurs mondiaux de minerais. Par exemple, ses seules réserves de lithium (un composant très recherché, utilisé pour les batteries des téléphones et des ordinateurs portables entre autres ) placeraient l'Afghanistan au niveau de la Bolivie, pour l'instant détenteur des premières réserves mondiales. 

 Kaboul pourrait également devenir un des leaders mondiaux de la production de fer et de cuivre. Parmi les autres découvertes, d'importants gisements de niobium (un métal utilisé pour produire de l'acier supraconducteur ), d'or et de cobalt...

 

 

 

Qui dis richesse dis convoitise .. cela dis  les résistances des groupes rebelles du sud et de l'est pourraient bien être exacerbées par la perspective d'exploitation de tels filons..

Mais des acteurs comme la Chine et l'Inde, voire la Russie - pourraient bien s'impliquer davantage dans la géopolitique déjà complexe de l'Afghanistan..pour avoir une part du gateau ..

Deux entreprises chinoises se sont déjà engagées à investir quatre milliards de dollars dans une mine de cuivre à Aynak, au sud de Kaboul, soit le plus important investissement étranger civil à ce jour dans le pays.

Dans un pays leader de la corruption au niveau mondial , la découverte d‘un tel magot sonne comme un défi. L'Afghanistan est malheureusement  victime, comme tant d'autres avant lui, de la «malédiction des matières premières» ..

Partager cet article
Repost0